Crise au sein du foot Malien : Le ciel s’éclaircit !

Après avoir roulé le pays dans la farine pendant plus d’une année, les protagonistes de la FEMAFOOT reviennent à de sentiments meilleurs suite à l’implication du nouveau premier ministre. C’est avec un réel soulagement que les Maliens soucieux de l’image du pays ont accueilli le communiqué annonçant l’accord intervenu entre les deux camps. Des félicitations au nouveau premier ministre qui présente toutes les allures d’un homme providentiel ou du moins, celui qui aura réussi son entrée dans sa nouvelle fonction. En moins de deux mois après sa prise de fonction, Abdoulaye Idrissa Maiga en est à sa deuxième résolution de crise. La dernière en date est la crise au sein de la FEMAFOOT. Au-delà du soulagement à cause l’éloignement de la menace de suspension du pays de toutes les compétions, la fin de la crise au sein du foot suscite des interrogations tant par sa rapidité et les motifs avancés pour parvenir à un accord.

Il y’a d’abord la mobilisation des ministres de la république autour de cette crise. Quoi de plus normal, puisqu’ils sont payé pour ça ! Mais, savoir que ce sont les mêmes ministres du gouvernement sortant qui ont vu naître la crise et assister à son développement sans agir comme ils l’ont fait aujourd’hui, laisse perplexe. Ils jettent le doute sur la gestion de la crise par l’ancien premier ministre et sur la solidarité au sein de l’équipe qu’il dirigeait. Pourquoi, l’ancien et actuel ministre des sports, qui passe aux yeux d’une bonne partie de l’opinion nationale comme une partie de la crise n’a-t-il pas bénéficié de la solidarité de ses pairs dans l’ancien gouvernement ? Troublant, tout comme l’argument avancé par les acteurs de la FEMAFOOT pour sceller l’accord intervenu.

Après avoir fait montre d’une résistance inouïe à toutes les tentatives de médiation, ils mettent en avant la vielle recette du patriotisme et de l’amour du ballon pour justifier leur retour à de meilleurs sentiments. Une pilule acceptée volontairement puisqu’elle permet la reprise des activités tant au plan national qu’international.

Il est regrettable de constater que les mêmes recettes sont servies au peuple du Mali pour dénouer des crises aux conséquences dramatiques pour le pays. Désormais, c’est la moralité des facteurs déclenchant ces crises qui est en cause. Le pays n’est-il pas devenu l’otage préféré des règlements de compte et autres querelles de personnes ? Le recours systématique au blocage puis à la paralysie du pays est le signe d’un malaise profond durablement installé entre les acteurs de la vie publique. La population, par des manœuvres de diversion est la plupart du temps embarquée dans un train, dont elle ignore la destination. C’est à dire abattre un adversaire à défaut de lui prendre sa place ! C’est le spectacle affligeant que la FMAFOOT a offert au monde durant sa crise. La résurgence du peuple Malien intervient tardivement. Cette culture qui faisait notre fierté n’est plus à l’honneur d’autant plus qu’elle ne parvient plus à sauver le pays des humiliations. La crise de la FMAFOOT a connu son épilogue dans la douleur et l’humiliation de tout un peuple. Une humiliation dont économie pouvait être faite si chacun avait joué sa partition en ayant à cœur l’intérêt supérieur de la nation.

Bouba Sankaré

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here