Spéculation foncière à Baguinéda-village : Le député RPM Toumani Diarra et le maire au cœur des scandales

Les terres de Bamako sont quasi finies. Du coup, c’est la ruée vers les communes rurales proches de la capitale. A Baguinéda-Village, à 20 km de Bamako, sur la route de Ségou, le maire Salia Diarra et le député RPM Toumani Diarra de la même localité défraient la chronique. Une histoire de morcellement de terre vendue en est la cause.
Les démêlés remontent à l’année 2007, lorsque son défunt père est tombé gravement malade. Il a souhaité mettre en vente ses terres agricoles pour faire face aux frais médicaux. En effet, Tièhiri Diarra mettra en œuvre sa volonté en mettant en vente des terres qui lui appartenaient à Kolè. A l’époque Bala Christian Kamissoko, ingénieur d’agriculture et du génie rural à l’Office du périmètre irrigué de Baguinéda (Opib) ne resta pas insensible face à cette opportunité.
Très vite Balla Christian jette son dévolu sur le terrain. L’affaire est conclue en bonne et due forme. Pour officialiser la vente, une attestation fut établie entre le vendeur et l’acheteur feu Tièhiri Diarra, Balla Christian Kamissoko contresigné par le conseiller du chef de village Adama Koné et Salia Diarra pour le compte de son père malade. Nous étions en 2007.
Contre toute attente, la même année, le terrain fut de nouveau morcelé en construction à usage d’habitation par le maire de la Commune rurale de Baguinéda, feu Mahamadou Traoré connu sous le pseudonyme de Cha.
En 2008, lorsque Toumani Diarra est élu maire de Baguinéda, ce dernier à son tour fait main basse sur les mêmes terres achetées par Balla Christian suivant un nouveau plan de morcellement. Là débute les soucis. Le maire Toumani Diarra dit Vieux Ba déposséda le propriétaire ingénieur de formation d’une partie du lot pour la vente aux fins de s’enrichir.
Aujourd’hui, le problème vient de refaire surface depuis l’implantation du fils de l’ancien chef de village de Baguinéda village du nom de Salia Diarra élu maire de la Commune rurale de Baguinéda. Ce dernier à son tour est animé de la volonté de faire abstraction de la vente opérée par son défunt père. Pour se donner raison il dit à qui veut l’entendre ne plus reconnaitre la vente diligentée par son feu père alors que sa famille a bel et bien encaissé l’argent depuis dix ans.
Pour avoir la conscience tranquille, il dépêcha un technicien sur le terrain en vue d’exécuter un nouveau plan de morcellement en faisant semblant d’oublier l’existence du propriétaire légitime Balla Christian Kamissoko en possession des documents administratifs de ses terres.
Le temps semble arriver pour la justice malienne de mettre un coup d’arrêt à ces pratiques perverses des maires avides d’argent dans l’extrême illégalité pendant leur mandat en dépossédant les citoyens de leurs biens.
Affaire à suivre !
Dougoufana Kéita

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here