CENI : A quoi joue la sous-préfet à Kalabancoro ?

Très en colère, un délégué a expliqué à notre rédaction comment la mise en place du bureau de la Commission électorale nationale indépendante(Ceni) de la commune rurale de Kalabancoro n’a pu avoir lieu le vendredi 2 juin dernier- et accuse la sous-préfèt, Mme Cissé Aminata Diallo, de se dérober.
Assurance LAFIA bon ramadan 2017
Assurance LAFIA bon ramadan 2017
Notre source explique qu’il n’y a pas eu d’élections parce que « selon les règlements, dans le choix des candidats, l’accent doit être mis sur la bonne moralité et la probité. Le candidat du CNAS Faso-hèrè et les partis qui ont un faux mandat devaient être écartés. »
Yoro Sidibé, délégué du parti CNAS dont il est le secrétaire général du bureau local et du bureau national de la jeunesse, aurait remporté les élections avec plus de 20 mandats truqués, le lundi 29 mai dernier.
Des mandats qui avaient le même cachet. « Chaque mandat doit avoir le cachet de son parti. Or, il a utilisé son cachet pour plus de 20 partis », confie cet autre délégué d’un parti. Le lendemain, mardi 30 mai, les partis Yélèma, PRVM Fasoko, REDD, URD, RPM ont protesté à la préfecture, à Kati, contre ce qu’ils qualifient de « faux et usage de faux », amenant ainsi le préfet à les renvoyer à la sous-préfecture. Là-bas, mercredi, la supercherie a été confirmée après vérification. Les élections ont été annulées et fixées de nouveau au vendredi.
Le vendredi 2 juin, il n’y a pas eu de vote. Car un autre problème de taille est apparu. Un délégué du parti REDD, a démissionné le 1er juin et est arrivé dans la salle avec le mandat d’un autre parti. Ce que les autres délégués ont contesté. Pour eux, il n’est pas question qu’il prenne part au vote tant que son parti n’aura pas statué sur sa démission. Dans une lettre envoyée à la sous-préfète, dont nous avons reçu copie, le parti REDD affirme pourtant qu’il n’examinera la démission du militant qu’en juillet.

La sous-préfèt, « le vrai problème »
Nombreux sont les délégués qui accusent la sous-préfèt d’avoir fui ses responsabilités. «Elle ne devait plus accepter que Yoro Sidibé soit candidat. Et tant que le REDD n’a pas statué, son militant démissionnaire ne peut être délégué », explique notre source qui ajoute que « tout porte à croire que la sous-préfète veut que l’ancien bureau soit reconduit. Elle est de mèche avec Yoro Sidibé. Le bureau de la Ceni est devenu un business, au point que lors des élections ils sous-traitent les délégués en leur donnant 25 000 francs au lieu de 35 000 francs comme prévu. » Une accusation qui vient s’ajouter à une liste déjà longue de griefs à l’encontre de la sous-préfèt, qui se trouve là dans l’obligation de montrer patte blanche.

B.S

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here