Force Conjointe du G5 Sahel : Le général Didier Dacko nommé commandant en chef

Le général de division Didier Dacko aura la lourde mission de conduire un important dispositif de lutte contre le terrorisme au Sahel appelé Force conjointe du G5 Sahel.

Assurance LAFIA bon ramadan 2017
En prélude à la Force conjointe du G5 Sahel devant être constituée par les armées des pays concernés (Mali, Mauritanie, Niger Burkina Faso et Tchad), le conseil des ministres de mercredi a procédé à la nomination du général de division Didier Dacko au poste de commandant de la Force conjointe du G5 Sahel.
Il cède son ancien poste de chef d’état-major général des armées à son adjoint le général de brigade Bemba Moussa Kéita. La cérémonie de passation de commandement s’est déroulée, le jeudi 8 juin, à la Place d’armes du camp Soundiata Kéita de Kati. C’était en présence de plusieurs personnalités comme le ministre de la Défense et des Anciens combattants, Tiéna Coulibaly, et son collègue en charge de la Sécurité et de la Protection civile, le général Salif Traoré. La cérémonie a été placée sous la supervision de l’inspecteur général des armées et services, le général Gabriel Poudiougou, également président de la Commission nationale d’intégration.
Le nouveau chef d’état-major général des armées place son commandement sous le signe de la continuité avec comme actions prioritaires le renforcement des capacités physiques, matérielles et intellectuelles des militaires maliens et le rétablissement de la sécurité dans le Nord et le Centre du pays en vue de garantir la mise en œuvre correcte de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale.
Dans ses nouvelles fonctions, le général de division Didier Dacko aura la lourde mission de conduire un important dispositif de lutte contre le terrorisme au Sahel appelé Force conjointe du G5 Sahel.
Les pays composant le G5 Sahel (la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Burkina Faso et le Tchad) ont annoncé, en février 2017, leur intention de constituer une force conjointe de 10 000 hommes pour lutter contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière.
Présentement, le dossier de la création de cette force est au niveau du Conseil de sécurité de l’ONU qui doit la doter d’un mandat onusien. A noter que la France a décidé d’appuyer cette démarche à travers une résolution soumise par l’ambassadeur français auprès des Nations unies. De bonnes sources, cette résolution ne devrait plus tarder.
Récemment, l’Union européenne a décidé d’appuyer cette force à travers un montant de 50 millions d’euros. Le Mali, qui assure la présidence tournante de cette organisation, abritera également l’état-major de cette force.
Le secrétaire permanent du G5 Sahel est à Nouakchott en Mauritanie, pays où l’organisation a été créée en 2014.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here