Paris et Alger veulent renforcer leurs liens, unir leurs efforts sur la Libye

Alger - Alger et Paris veulent renforcer leur relation "dans tous les secteurs", notamment dans la lutte antiterroriste, et unir leurs efforts pour une solution politique en Libye, ont affirmé mardi à Alger
leurs ministres des Affaires étrangères.
"Nous avons eu ensemble (...) des discussions très approfondies sur la
situation internationale, certains aspects de la situation régionale, avec
comme axe commun le combat contre le terrorisme", a déclaré le chef de la
diplomatie française Jean-Yves Le Drian après une rencontre avec son homologue
algérien Abdelkader Messahel.
Concernant la Libye, les deux pays souhaitent "une solution politique qui
intervienne le plus rapidement possible", a expliqué M. Le Drian.
"Nous avons convenu de joindre nos efforts pour aboutir à une solution
politique inclusive", a-t-il poursuivi, des termes repris par M. Messahel.
M. Le Drian fait depuis sa nomination en mai le tour des protagonistes du
dossier libyen pour favoriser une solution négociée au conflit. Il s'est déjà
rendu à Tunis et au Caire.
Les deux ministres ont également abordé la situation au Sahel et notamment
au Mali. Il y a une "volonté commune (...) d'aboutir à la mise en oeuvre des
Accords d'Alger auxquels nous tenons beaucoup", a souligné le ministre
français, "c'est le seul moyen de lutter contre le terrorisme".
L'accord de paix au Mali, signé en mai-juin 2015 à Bamako après de longues
tractations à Alger - médiateur dans la crise et qui dispose de nombreux
relais d'influence dans ce pays - peine à être appliqué et la France exprime
régulièrement son impatience, face à ces lenteurs.
M. Messaleh a rappelé les "acquis positifs de l'accord": mise en place
d'une structure permanente de dialogue intermalienne, début des patrouilles
mixtes et du retour des autorités locales dans le nord du Mali.
"L'objectif principal c'est la lutte antiterroriste", a martelé le ministre
algérien.
Les deux ministres ont plaidé pour un renforcement des liens entre Paris et
Alger.
"Je suis venu (...) dans une volonté de donner à notre relation une
dynamique nouvelle, un partenariat de qualité, tant nos liens sont forts et
peuvent être encore renforcés", a déclaré M. Le Drian. Cette relation "doit
être densifiée, doit être élargie, elle doit être renforcée dans tous les
secteurs", a abondé M. Messaleh.
M. Le Drian a répété que le nouveau président français Emmanuel Macron,
attendu mercredi au Maroc, souhaitait se rendre à Alger "le plus rapidement
possible".
ayv/abh/jri

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here