Meeting de la Plateforme « Oui AN SON NA” pour la révision constitutionnelle : Un bilan jugé satisfaisant, malgré les sabotages

Ils ont répondu nombreux des femmes, jeunes, enfants et vieux a l’appel de la Plateforme « Oui AN SON NA » le 28 juin dernier au Palais des Sports à un meeting pour soutenir le projet de révision constitutionnelle initié par le président de la République

Deux jours du succès de leur meeting du soutien au projet de révision constitutionnelle tenu le 28 juin dernier au Palais des Sports de Bamako, la Plateforme Oui An Son na, sous la conduite de son jeune Président, Ismaïla Diallo était face à la presse, le vendredi 30 juin, au Grand Hôtel de Bamako, pour faire la restitution du meeting, et informer les journalistes sur les prochaines étapes de la plateforme « Oui an son na ». Le bilan de ce meeting est jugé satisfaisant pour les responsables de la plateforme, malgré les sabotages orchestré par certains individus. Selon eux, plusieurs personnes étaient venues pour semer le désordre. Le jeune président de la plateforme, Ismaila Diallo avait à ses côtes son secrétaire général, Youssouf Guindo, et le porte- parole, Mamadou N’Diaye.

D’entrée de jeu, le secrétaire général, Youssouf Guindo, a rappelé que la plateforme « Oui An Son Na » avant de se prononcer sur le projet de révision constitutionnelle a pris le temps d’observer, d’écouter de suivre les débats de lire et de comprendre ledit projet de révision constitutionnelle. Ainsi, explique-t-il, qu’après mure réflexion la plateforme « oui an son na » est arrivée à la conclusion que ledit projet de la révision constitution ne porte nullement atteinte aux droits fondamentaux de la Constitution de 25 février 1992 durement acquis sur le sang des martyrs. A cette occasion la plateforme « Oui An Son Na » par la voix de son secrétaire général, a demandé au président de la République SE M. Ibrahim Boubacar Keita de continuer les réformes engagées en l’occurrence le projet de révision constitutionnelle, condition sine qua none de la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger qui va permettre à notre pays de retrouver définitivement sa place dans le concert des nations. Par rapport à la réticence de la plateforme « Non Ante A Bana », ainsi que leurs partisans face à ce projet de révision constitutionnelle, pour le secrétaire général de la plateforme « Oui An Son Na », ce n’est pas tant le projet de révision constitutionnelle en l’état qui gène les partisans de la plateforme « Non Ante A Bana”, mais ce qui les gène, c’est l’homme IBK, sinon comment comprendre que ceux et celles qui s’agitent aujourd’hui, l’ont voulu et voté sous les anciens régimes.

Après le meeting du lancement officiel le mercredi 28 juin dernier, la plateforme « Oui An Son Na » compte aller à la rencontre de toutes les forces vives de la nation pour engager des actions de communication, de sensibilisation, d’information de proximité pour expliquer davantage la pertinence de ce projet de révision constitutionnelle, dit Youssouf Guindo. Avant de lancer au un appel pressant à toute la classe politique de la majorité, que l’opposition, de la société civile, ainsi que la diaspora à l’unité nationale au respect de nos engagements derrière le président de la République et son gouvernement.

Auparavant une projection vidéo avait été faite pour revivre les temps forts de ce grand meeting du 28 juin dernier de la plateforme « Oui An Son Na » pour la révision constitutionnelle.

AMTouré

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here