Poste de Directeur Général de l’APEJ : Un collectif d’associations de jeunes exige l’annulation de l’appel à candidature pour incohérence

L’Appel à candidature pour le poste de Directeur Général de l’APEJ lancé, le 19 juin passé, par le ministre de l’emploi et de la formation professionnelle Maouloud Ben Kattra fait face à l’indignation du Collectif Jeunesse Debout( CJD) composé de plus d’une dizaine d’associations, d’organisations et de mouvements de jeunesse. « Cet appel à candidature est incohérent et impertinent. Nous exigeons son annulation pure et simple et sa reprise après en avoir extrait les critères ciblés et discriminatoires », a expliqué Abidina Karembe, le coordinateur du collectif lors d’une conférence de presse le samedi 1er juillet dernier à la Maison des Jeunes de Bamako.

Des jeunes se mobilisent contre l’appel à candidature pour le poste de Directeur Général de l’APEJ. Les responsables du Collectif Jeunesse Debout(CJD), Abidina Karembe, Aboubacary Daffé, Hamma Daffé, dans le cadre de cet appel à candidature, ont plusieurs griefs contre le ministre de l’emploi et de la formation professionnelle Maouloud Ben Katra : mépris de la jeunesse malienne dans sa totalité, obstruction à l’égalité des chances entre les citoyens maliens, volonté d’imposer son homme de main taillable et corvéable au détriment de l’intérêt de la jeunesse, violation flagrante et délibérée de la constitution du Mali du 25 février 1992, et la violation flagrante et délibérée des engagements internationaux auxquels le Mali a souscrit dont la charte africaine de la jeunesse.

L’un des critères, dans le document relatif à l’appel à candidature pour le poste de directeur général de l’APEJ ouvert jusqu’au 7 juillet 2017, que fustige le Collectif Jeunesse Debout, est l’âge du candidat fixé à 40 ans au minimum. « Pourquoi 40 ans ? C’est un critère exclusif, un critère qui nous fait peur. Des moins de 40 ans ont eu à occuper des postes de haute responsabilité au Mali. Ces acquis de la jeunesse sont bafoués par le ministre. La jeunesse ne peut être mieux servie que par elle-même et seul un homme ou une femme de moins de 40 ans peut faire l’affaire de la jeunesse », explique Karembe.

Au moins, selon le Collectif Jeunesse Debout, deux versions du même avis pour le même poste sont publiés par le ministre de l’emploi et de la formation professionnelle. « Nous dénonçons cet amateurisme et tripatouillage. Cela est fait à quel dessein ? Au profit de qui ? Pourquoi ? Seul le ministre peut répondre à ses interrogations », indique Abidina Karembe.

Les membres du Collectif qui ont déjà rencontré le ministre pour lui signifier, de vive voix, leur désapprobation de l’appel à candidature, est, aujourd’hui, sur le pied de guerre. Il exige « l’annulation pure et simple » de la procédure et sa reprise avec des nouveaux critères. Et pour avoir gain de cause, le Collectif compte mener plusieurs actions : rencontrer le Premier ministre, envoyer une lettre ouverte au Président de la République et entamer une procédure judiciaire, cette semaine, auprès du tribunal administratif afin d’annuler l’appel à candidature. « Nous userons de tous les moyens légaux », affirment les membres du Collectif Jeunesse Debout.

Madiassa Kaba Diakité

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here