Rapport annuel 2016 du Médiateur de la République : Le condensé du réel courroux du peuple !

73

Le Médiateur de la République, en l’occurrence, Baba Akhib Haidara, a tenu à rendre à la presse, le rapport annuel 2016 de son institution. C’était le mercredi 28 juin 2017, dans la salle de conférence du bureau du Médiateur. Il ressort de ce rapport que sur les 171 dossiers soumis, 106 ont été entièrement traités et clos et les 65 autres en cours de traitement.

Le Médiateur de la République du Mali fait de l’accueil et l’orientation des usagers des préalables indispensables de son activité dans le processus de traitement des réclamations. C’est ainsi que, Baba Akhib Haïdara, du 1er janvier au 31 décembre 2016 ses services ont accueilli et orienté 2.975 personnes provenant seulement du district de Bamako. Qui représentent 47,9 % de l’effectif total des personnes accueillies et orientées par le Médiateur de la République. Par rapport aux tendances du passé, il a fait savoir que l’objet des réclamations n’a pas fondamentalement varié. C’est toujours les conflits autour du foncier qui dominent. Ils ont concerné encore 56 réclamations ((32,75% de l’ensemble des réclamations) contre 32 pour les décisions de justices, 26 sur la gestion des carrières, 25 relatifs à la protection sociale ; 6 sur les contrats et marchés publics, 5 dans le domaine de l’éducation, 1 affaire privée et 10 sur des domaines variés. Concernant les affaires domaniales et foncières, les réclamations relevant de ce domaine occupe depuis plusieurs années, le 1er rang des préoccupations des citoyens qui sollicitent les services du médiateur de la république. Le Médiateur de la République dans un exposé brillant a expliqué la nature de chacun de ces ordres de réclamations. A titre d’exemple, que les réclamations relatives à la carrière sont formulées par des agents qui ont été admis à faire valoir leurs droits à la retraite ou des agents publics en activité. Ainsi que des candidats admis aux concours d’entrée dans la fonction publique de l’Etat dont les décisions d’admission ont été rapportées à la suite de la découverte de faux documents et des pièces inappropriées fournies lors de la constitution des dossiers de candidature pour lesdits concours ( 15,20% de l’ensemble des réclamations). Quant à celles sur la protection sociale, elles sont exclusivement formulées par les agents à la retraite ou leurs ayants droit (14,62% de l’ensemble des réclamations). Pour ce qui concernent les contrats et marchés publics, Haidara a expliqué qu’il s’agit pour la plupart des contrats concluent entre l’administration de l’Etat ou les collectivités territoriales avec les opérateurs économiques sur des prestations de service, de fournitures, de matériels ou de produits, dont le respect des clauses contractuelles se heurte à des difficultés.

Dans le domaine de l’éducation, au niveau du Médiateur de la République les réclamations ont connu une légère baisse en 2016 (2,92% de l’ensemble des réclamations).

Ce rapport 2017 n’a pas occulté les litiges privés. A savoir, ceux qui ne mettent pas en cause une administration publique (0,58%de l’ensemble des réclamations). De même que les réclamations relevant de la catégorie «autres » sont celles ne se rapportant à aucune catégorie précitée.

Enfin, cette conférence de presse a permis aux journalistes d’être éclairés sur les activités relatives à l’Espace d’Interpellation Démocratique (EID), édition 2016. A cet effet, à la lumière des informations données parle Médiateur de la République, il ressort que du 7 au 15 novembre 2015 la commission préparatoire a examiné les dossiers d’interpellations reçus. Ainsi sur les 234 interpellations, 22 ont été retenues pour la lecture le 10 décembre 2016, 121 classées pour suite à donner, 91 rejetées pour non-conformité avec les critères de recevabilité fixés par le règlement intérieur de l’EID. Il faut noter que le Médiateur de la République règle les litiges entre les citoyens et les administrations ou services publics. Il le fait de façon non contentieuse en proposant des règlements amiables, en faisant des recommandations spécifiques à une administration déterminée et des recommandations d’ordre général au Gouvernement.

Maïmouna Sidibé, (Stagiaire)

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here