Vidéo d’otages d’Al-Qaeda : défi ou appel du pied ?

Dans un film publié juste avant l'ouverture du sommet du «G5 Sahel» à Bamako, le Jamaat Nosrat al-Islam wal-Mouslimin semble appeler les gouvernements à la négociation pour libérer les six otages occidentaux qu'il exhibe à l'image.

Le timing ne doit rien au hasard. La dernière vidéo de la branche sahélienne d’Al-Qaeda a été publiée à la veille du sommet du «G5 Sahel» qui se tient ce dimanche à Bamako, en présence d’Emmanuel Macron. Au moment où les cinq pays de l’organisation – Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad – annoncent solennellement le lancement d’une «force conjointe» de 5 000 soldats ayant pour principale mission la lutte antiterroriste, le plus puissant des groupes jihadistes de la région rappelle qu’il détient toujours six otages occidentaux.

Le Jamaat Nosrat al-Islam wal-Mouslimin (Jnim), «Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans», est né le 2 mars de la fusion d’Al-Qaeda au Maghreb islamique, d’Ansar Dine, de la brigade Al-Mourabitoune et du Front de libération du Macina. La vidéo proclamant leur unification, en présence de dirigeants de premier plan, avait déjà été considérée comme une provocation : le Jnim prouvait qu’il pouvait réunit cinq figures majeures du jihad sahélien dans une même pièce au nez et à la barbe des services de renseignement.

«Prosélytisme»
Le film publié dans la nuit de samedi à dimanche est une nouvelle bravade. «En présentant les six otages en même temps, le Jnim fait une démonstration d’unité et de cohérence, commente Yvan Guichaoua, enseignant-chercheur de l’Université de Kent à Bruxelles et spécialiste des dynamiques armées au Sahel. L’organisation utilise deux registres de justification pour les prises d’otage, selon le sexe des captifs. Les hommes sont faits prisonniers dans une logique de représailles, pour Guantánamo par exemple. Mais on reproche aux femmes leur prosélytisme : Béatrice Stockly [enlevée en janvier 2016, ndlr] est une missionnaire suisse, Gloria Cecilia Narvaez Argoti [enlevée en février 2017] est une religieuse colombienne. L’accusation tient difficilement, en revanche, pour la Française Sophie Pétronin [enlevée en décembre 2016] puisque l’association qu’elle a créée n’est pas confessionnelle à ma connaissance.» Un seul Occidental disparu au Sahel est absent du film: l’Américain Jeffery Woodke, un humanitaire de 56 ans installé au Niger depuis plus de vingt ans, enlevé dans la petite ville d’Abalak le 14 octobre 2016.

Lire la suite sur : http://www.liberation.fr/planete/2017/07/02/video-d-otages-d-al-qaeda-de...


Source : Africatime

Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here