Qui est Sophie Pétronin, l’otage française au Mali ?

Enlevée le 24 décembre 2016, dans le nord du Mali, cette femme de 71 ans dirigeait depuis une vingtaine d’années une ONG venant en aide aux orphelins.

Elle s’appelle Sophie Pétronin, elle aura bientôt 72 ans, et elle est la seule otage française dans le monde. Elle a été enlevée par des hommes armés en 2016, à la veille de Noël, dans le nord du Mali, où elle dirigeait l’Association d’aide à Gao (AAG), une petite ONG franco-suisse qui vient en aide aux orphelins.
Personne n’a revendiqué le kidnapping et personne ou presque n’a entendu parler d’elle. Pas de portrait géant affiché ici ou là, pas de rassemblement. Son comité de soutien se réduit à quatre personnes : son fils et ses deux cousins, son mari. Quatre membres de sa famille qui se mobilisent, entreprennent des démarches auprès des autorités françaises, vont au Mali, avec plus ou moins de succès, raconte son fils Sébastien Pétronin, au sortir d’une réunion au Quai d’Orsay. « Pendant un moment, il n’y avait plus d’otage français dans le monde », rappelle-t-il ; et puis voilà.
Aucune revendication pendant six mois
Entre le 24 décembre 2016 et le 1er juillet, Sophie Pétronin a tout simplement disparu de la circulation. Jusqu’à samedi : ce jour-là, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), une alliance formée en mars 2017 par plusieurs mouvements islamistes armés du Mali, dont Ansar Dine, Al Mourabitoune et l’Emirat du Sahara, une émanation d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), a diffusé une vidéo dans laquelle apparaît Sophie Pétronin, aux côtés de cinq autres otages occidentaux.
A la fin du message, un homme assure aux familles qu’« aucune véritable négociation n’a commencé » pour leur libération, tout en affirmant que des discussions sont « toujours actives ». Concernant l’otage française, il dit qu’elle espère que le président français, Emmanuel Macron, aidera à son retour auprès de sa famille.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/al-qaida/article/2017/07/05/qui-est-sophie-petroni...


Source : Africatime

Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here