École militaire interarmes : La 38è promotion baptisée feue AOUA KEÏTA

Après avoir loué le mérite de la marraine de la promotion, le chef de l’Etat a salué les progrès faits dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie et de travail de nos forces armées et de sécurité et promis d’aider les familles des éléments qui meurent sur le front

Assurance LAFIA bon ramadan 2017
La cérémonie de sortie de la 38è promotion de l’École militaire interarmes (EMIA) et du cycle spécial 2016-2017 a eu lieu vendredi dernier à la place d’armes du Centre d’instruction Boubacar Sada Sy de Koulikoro. L’évènement était présidé par le chef de l’État, chef suprême des armées, Ibrahim Boubacar Kéïta. C’était en présence du président de l’Assemblée nationale, Issaka Sidibé, du ministre de la Défense et des Anciens combattants, Tiénan Coulibaly, de plusieurs membres du gouvernement, des hauts gradés de l’armée. Les représentants des forces partenaires du Mali, ceux du corps diplomatique, les autorités politiques, administratives et coutumières de Koulikoro ont également pris part à la cérémonie.

C’est aux environs de 10H00 que le président de la République est arrivé sur les lieux. Après l’exécution de l’hymne national, Ibrahim Boubacar Kéïta a passé en revue les troupes. Les honneurs militaires lui ont été rendus par la musique principale du génie militaire.
Après cette étape, les invités ont assisté à l’arrivée des élèves officiers d’active (EOA) dont la promotion porte le nom de feue Aoua Kéïta, première femme députée du Mali (une première dans l’histoire de l’EMIA). Les élèves officiers étaient au nombre de 49, dont 10 femmes venant de 5 pays : Bénin (2), Côte d’Ivoire (3), Guinée Conakry (1), Mali (41) et Togo (2). Ayant obtenu une moyenne de 16,85, le sous-lieutenant Amadou Coulibaly du Mali est le Major de la promotion.

Créé en octobre 1980, le Centre d’instruction Boubacar Sada Sy est un centre d’excellence pour la formation et l’entrainement de nos militaires et ceux de certains pays amis. Le commandant du Centre, le Colonel Kéba Sangaré, a rappelé que la structure qu’il dirige est un établissement d’enseignement militaire du niveau tactique et opératif, une garnison militaire devenue un espace de coopération et d’intégration internationale. « Les infrastructures, les aides pédagogiques et les terrains de manœuvre ont été rénovés, voire construits par le commandement en fonction de nouveaux types de menace qui nous permettent de transmettre, avec professionnalisme, le savoir et savoir-faire nécessaires à la formation et à l’entrainement des officiers, sous-officiers et des militaires du rang des forces armées et de sécurité», a assuré l’officier supérieur. Après la remise des sabres et des galons, les EOA de la promotion feue Aoua Kéïta ont prêté serment en jurant de servir la patrie avec loyauté et dévouement, de respecter et de faire respecter les institutions de la Républiques.
S’adressant aux élèves officiers, le commandant de l’EMIA, le lieutenant-colonel Djibril Koné, a déclaré qu’en choisissant Aoua Kéïta comme marraine, ils doivent s’approprier les valeurs humaines et intellectuelles de la femme, en s’imposant par la même occasion les vertus qui caractérisent cette grande militante à savoir la bravoure, le courage, la discipline, la simplicité, la pureté, la disponibilité et l’ardeur au travail. «La nation malienne vous fait confiance et vous devez œuvrer pour renforcer cette confiance du peuple dont nous sommes issus par vos comportements de tous les jours.

La nation est convaincue que par votre dévouement exemplaire, votre esprit de discipline et de sacrifice, vous serez les dignes héritiers de nos illustres devanciers qui nous ont légué tant de traditions d’honneur, de loyauté, de fidélité et d’héroïsme», a déclaré le lieutenant-colonel Koné.

Pour sa part, le chef d’Etat-major général des armées, le général de brigade M’Bemba Moussa Kéïta, a indiqué que ces jeunes officiers auront la lourde responsabilité de porter nos armées républicaines du 21 è siècle qui se présente sous les auspices de l’obscurité de la guerre, du terrorisme et des migrations mortelles révèlant hélas tout le côté indigne de l’humanité. «Vous, jeunes officiers qui serez au cœur de la mêlée, votre foi en nos nations qui ont consenti des sacrifices énormes pour vous former, n’oubliez jamais la part de responsabilité qui sera la vôtre sur le théâtre des opérations. Tenez votre rôle et les militaires sous votre commandement suivront votre exemple », a conseillé le général Kéïta avant de réitérer l’engagement des FAMA d’œuvrer sans relâche à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

Dans l’interview qu’il a accordée à la presse, le président de la République a remercié Dieu de lui avoir permis, cette année encore, d’avoir pu honorer ce rendez-vous national si important qui couronne la formation des enfants de notre pays dédiés à la sauvegarde de la patrie. «Cerise sur le gâteau, la promotion qui porte le nom de l’une des plus célèbres Maliennes, notre tante Aoua Kéïta, a eu comme deuxième une dame (une Béninoise), cela n’a pas été dit, mais là la femme a été à l’honneur, elle l’est doublement aujourd’hui», a commenté Ibrahim Boubacar Kéïta.

Pour le chef de l’Etat, la femme n’est pas célébrée en raison simplement du genre, mais également quand le mérite est avéré et éclatant, tel est le cas de Aoua Kéïta. «Elle fut pionnière dans tous les actes de sa vie.
Je suis surpris qu’au bout de 38 promotions, ce soit enfin justice rendue au genre féminin à travers elle. Cela est un signe des temps et devait être relevé et dit. C’est le mérite de la femme malienne, c’est la femme africaine qui est célébrée ici aujourd’hui », a-t-il déclaré.
Par ailleurs, le président Kéita a exprimé sa satisfaction en voyant ces jeunes officiers faire le serment de servir le pays avec loyauté, avec dévouement, avec patriotisme. « Dès lors, seul l’essentiel est important ; le superfétatoire n’a aucune importance. Le Mali seul, l’Afrique seule sont nos objets de pensée. Le Mali n’a jamais été absent d’un engagement africain. Nous avons aujourd’hui à mutualiser nos efforts dans tous les domaines, singulièrement dans celui de la défense et de la sauvegarde de nos nations. Tel est l’objet du G5 Sahel.

Il n’a aucune volonté hégémonique ; il n’a aucune volonté cachée ; il n’a aucun agenda caché. Ce qui est fait ici à Koulikoro va dans ce sens», a affirmé le président de la République. Il a aussi saisi l’occasion pour saluer les progrès faits dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie et de travail de nos forces armées et de sécurité. «Que l’on ne veuille reconnaître ou pas, les forces armées maliennes le savent, l’armée a positivement évolué.
Il n’y a plus un seul uniforme qu’on lave et qu’on relave, qu’on passe et qu’on repasse. Il y a aujourd’hui une armée, l’égale des autres armées, une armée réelle, une armée digne de ce nom, une armée considérée, une armée respectée», a-t-il déclaré.
Le président Kéïta est aussi revenu sur la mise en place d’une Fondation pour aider les familles des éléments des forces de défense et de sécurité qui meurent sur le front. «C’est pour dire clairement notre solidarité et notre souci du sort des hommes, de ceux qui servent la patrie, de ceux qui meurent pour la patrie.

Qu’ils ne meurent pas en vain. Eux et leurs progénitures seront dorénavant l’objet de tous nos soins », a promis le chef de l’État. Il a enfin souhaité bon vent à l’EMIA et bon courage à l’armée malienne. «Nous sommes confiants, nous vous faisons confiance et nous sommes certains que l’armée malienne sera au rendez-vous de l’histoire», a-t-il déclaré.
Massa SIDIBÉ

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here