Procès Amadou Haya Sanogo : Quand la reprise se fait occultée par le projet de révision constitutionnelle

Le projet de révision constitutionnelle qui a fait et continue à faire couler beaucoup d’encre et de salive aura, certainement, eu le mérite d’avoir repoussé à demain les dossiers prévus pour être gérés dans le courant de cette année 2017.

La reprise du procès d’Amadou Haya Sanogo dans l’affaire dite des bérets rouges ne demeure pas moins une des victimes du méli-mélo consécutif à l’annonce du projet de référendum. Prévu pour reprendre aux prochaines assises de 2017, ce projet a pour l’heure six mois de plomb dans l’aile, au grand dam des familles des victimes indirectement sommées de prendre leur mal en patience le temps que les autorités ne se libèrent de l’étau référendaire.

En novembre 2016, comparaissaient devant la Cour d’Appel de Bamako(en transport à Sikasso), Capitaine Amadou Haya Sanogo, Chef de l’ex-junte militaire, et 16 cops revenus pour «enlèvement et assassinat, complicité d’enlèvement et d’assassinat» de soldats dont les corps ont été retrouvés dans un charnier, en 2013, à Diago. Le procès avait été finalement renvoyé à la prochaine session (en 2017) pour permettre la reprise de l’expertise médicale des corps retrouvés. A-t-elle été faite ou non ? Dieu seul sait par ces temps marqués par de soubresauts politiques liés, entre autres, au fameux projet de révision constitutionnelle.

C’est la défense qui avait soulevé la question de la régularité de l’expertise médicale, estimant que les Experts ayant effectué l’analyse médico-légale et les tests ADN «n’avaient pas prêté serment» comme l’exige la loi en la matière. Seule exception retenue par la Cour, celle-ci avait alors ordonné la reprise de l’expertise par l’Institut «Mérieux».

Six mois après, les résultats de cette expertise seraient encore attendus, alors qu’elle devait être effectuée dans les quarante cinq jours qui ont suivi le renvoi du dossier. Manque de volonté ?

Le moins que l’on puisse dire est que les autorités en charge du dossier n’ont de cesse de couper les cheveux en quatre. Toute chose que semble confirmer Me Cheick Oumar Konaré, un des Avocats de la défense qui est même persuadé que cette affaire ne sera pas tranchée avant 2018. Selon l’Avocat, les autorités du pays, censées accélérer le processus, sont plutôt occupées à gérer les manifestations ; notamment, celles contre la révision constitutionnelle. Il indique aussi le chamboulement récent intervenu au niveau du Parquet Général, comme une des preuves manifestes du manque de volonté du pouvoir politique à boucler ce dossier.

La défense assure être prête à aller à ce procès, bien qu’elle soit sceptique. «Nous souhaitons que les choses aillent plus vite, mais on est sceptique », affirme Me Cheick Oumar Konaré. Même empressement du côté du Général Amadou Haya Sanogo, dans ses geôles de Sélingué. Dans une de ses récentes confidences à un journaliste de RFI, il déclare: «Je suis pressé de parler au prochain procès». L’ex-Homme fort de Kati a, par la même occasion, réaffirmé son innocence : «Je ne me reproche rien», avant de laisser entendre qu’il a des dossiers. De quoi faire trembler certains acteurs politiques maliens ; notamment, les visiteurs du soir quand il était aux affaires. Vrai ou faux ? En tout cas, plus d’un Malien est convaincu que ce procès donnera lieu à de grands déballages.

Les familles des victimes, quant à elles, sont impatientes. Elles avaient fait part de leur amertume après l’annonce du renvoi. «Nous allons attendre encore combien de temps pour obtenir justice ?», s’était interrogée Mme Sagara Bintou Maïga, Présidente du Collectif des familles des militaires disparus. Elle voudrait bien savoir ce qui bloque la reprise du procès. Vivement, donc, la fin de la récréation occasionnée par le projet de révision constitutionnelle pour un retour aux casseroles de la justice.

Katito WADADA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here