Réforme constitutionnelle : La Plateforme « Anta Yé Mali Koyé » dit OUI au referendum

Après l’adoption du texte de la révision constitutionnelle, par les députés de l’Assemblée nationale, plusieurs tendances sont nées et divisent les maliens. C’est dans une telle optique que la « Plateforme Anta Yé Mali Koyé » a vu le jour et se dit favorable au referendum.

Elle a organisé un atelier de formation afin d’outiller les membres actifs de la Plateforme. Une fois que ceux-ci seront mieux imprégnés du contenu de cette révision constitutionnelle, ils seront à mesure de l’expliquer à nos concitoyens et surtout à leurs camarades jeunes. Pour le président de ladite plateforme Jabar Abdoul Razak Traoré, cette rencontre avec les camarades a permis d’avoir des échanges fructueux autour de ce projet référendaire. « A leur tour ils pourront faire comprendre à nos frères et sœurs, dans nos familles, dans nos quartiers, dans nos localités respectives le bienfondé de ce projet » a dit le président de la Plateforme.

Aussi, les membres bénéficiaires de ces formations édifieront davantage des centaines, des milliers de nos concitoyens sur la nouvelle Constitution proposée par le président de la République. C’est à cet exercice que la plateforme « Anta Yé Mali Koyé » s’engage afin de faire comprendre aux Maliens le bien-fondé de ce referendum. De l’avis de son président, beaucoup de nos concitoyens ignorent de ce projet. C’est pourquoi, « la Plateforme juge opportun de leur faire comprendre que cette révision émise par le président IBK est bon pour le Mali ». Pour ce faire, elle invite les maliens à se lever et se donner la main pour la promotion de la paix dans notre pays, tout en les sensibilisant et en les orientant sur le chemin réel de la vérité.

Dans le souci de mieux comprendre ce projet aux membres de la Plateforme, deux formateurs ont été retenus. Pour le premier M. Badra Aliou Sidibé, il s’agit de mettre en place un vivier de jeunes censés mieux décortiquer le contenu de ce projet de réforme constitutionnelle. Son devoir en tant que formateur, est de faire comprendre à celle-ci, ce qui a été dit et écrit au sujet de ce referendum a t-il expliqué.

Pour parvenir à faire comprendre cette loi à une majorité de nos concitoyens, la Plateforme « Anta Yé Mali Koyé » privilégiera la communication a souligné Badra Aliou Sidibé, avant d’ajouter que ce n’est plus un projet, mais c’est une loi référendaire, puisqu’elle a été déjà adoptée par l’Assemblée nationale.

Abondant dans le même sens, le deuxième formateur M. Harouna Koné dira que la Constitution de 1992 est la copie conforme de celle de la France. Selon lui, quand elle a été adoptée par De Gaule, 10 ans après, elle avait l’objet d’une révision. Pour le cas du Mali, qui de fait objet de contestation aujourd’hui, elle avait été proposée par les présidents Alpha Oumar Konaré et Amadou Toumani Touré. A l’époque aussi, il y a eu des protestations, faisant croire qu’ils avaient l’intention de faire un troisième mandat. Avec, le président Ibrahim Boubacar Keita, c’est en plein exercice de premier quinquennat qu’il a décidé de faire cette révision constitutionnelle. La question que l’on se pose est de se demander si lui aussi est dans la dynamique de réviser pour briguer un troisième mandat ? Ce que nous déduisons du refus de ces détracteurs est « le fait que c’est un projet d’IBK, il faut s’opposer sans raisons valables » dira Harouna Koné. Pour lui c’est la personne d’IBK qui dérange ces détracteurs.

Soulignons que cette formation de la Plateforme « Anta Yé Mali Koyé », concernera toutes les 6 communes du district de Bamako et de Kati.

Diakalia M Dembélé

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here