Référendum constitutionnel: Des politiciens en quête de virginité !

La révision constitutionnelle votée par les élus de la Nation et soumise au vote référendaire suscite de vifs débats au sein de la classe politique et certains acteurs de la société civile. Des divisions internes sont nées autour du projet en partisans du pour et ceux du contre. Deux (02) camps veulent diviser la poire en deux. Le peuple médusé ne sait à quel saint se vouer.
Le référendum constitutionnel a donné naissance à deux camps adverses. Les partisans du NON regroupés sous la bannière de la Plateforme NON « An tè Abana » et ceux du OUI regroupés sous la bannière « OUI An Sonna ». Chacun défendant sa position avant le jour j.

L’occasion faisant le larron, des hommes politiques ont fait de ce projet un fonds de commerce. Une race d’hommes politiques pressés de faire de la popularité. C’est le cas de Mme Sy Kadiatou Sow, actuelle présidente de l’Adema Association et non moins ancienne Gouverneure du district de Bamako et ancienne ministre de la République. Au nom de la Plateforme NON An tè Abana qu’elle dirige, cette femme veut se faire de la virginité politique en s’opposant catégoriquement à la réforme constitutionnelle. Que peut-elle proposer de concret aux Maliens cette politique qui a été de tous les rouages du pouvoir et qui se faire de la virginité ? S’interrogent des citoyens maliens surpris de la nouvelle posture adoptée par cette dame.

Les Maliens ne doivent se laisser berner par celle-ci pour avoir profité des régimes successifs d’Alpha Oumar Konaré et d’IBK en passant par celui d’ATT où leur famille a été dans les rouages. Son époux fut Ministre dans le gouvernement d’IBK. Son parti Adema fait également partie de la mouvance présidentielle. Et aujourd’hui, cette dame se démarque de tous ses attributs pour se prévaloir en farouche opposante à la réforme constitutionnelle.

Ce qui fait à cet observateur de la scène politique les politiques se moquent des Maliens au fil des temps. Ils profitent de certaines occasions pour berner le peuple malien. C’est le cas des animateurs de la plateforme An tè A banna qui se disent opposés à la réforme constitutionnelle en cours pendant qu’ils ont tout partager avec ceux qui sont au pouvoir en place. Aujourd’hui voyant le vent du pouvoir en leur défaveur, ils changent de veste pour devenir opposant de fait. De la pure duperie. Le peuple dit barrer la route à ses imposteurs qui veulent préserver leurs intérêts sordides aux dépens de ceux de la collectivité. Partisans et Opposants à cette réforme sont des fruits d’un même arbre. Ils ne peuvent rien apporter de neuf qui puisse soulager le peuple malien. Mais au contraire, l’on doit se démarquer d’eux afin d’éviter des surprises désagréables. Telle est la lecture que ce fin observateur de la scène politique à la lutte que se livrent les politicards à propos de la réforme constitutionnelle.

Même remarque chez ce citoyen lambda pour qui le peuple malien est l’otage des politiciens véreux. Ayant perdu sur le terrain politiques ces hommes politiques viennent sur le terrain de la société civile pour se faire entendre. Il revient aux maliens à les mettre à la touche sous peine d’éviter des déceptions.

Comme on le voit, les oppositions nées autour de la réforme de la loi fondamentale entre les pour et contre à cette réforme sont entrain d’éveiller la conscience populaire. Car, les citoyens lambda commencent à comprendre le dessein machiavélique des hommes politiques divisés en clan et décidés d’amener chacun le peuple à son côté pour gagner son combat.

Par Hassane Kanambaye

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here