Projet de Stratégie Spécifique de Développement des Régions du Nord Les travaux de validation du projet pour la paix et la réconciliation au Mali ouverts à Bamako

Le Premier Ministre Abdoulaye Idrissa Maiga, a présidé hier 17 juillet 2017, à l’Hôte Salam de Bamako, l’ouverture des travaux de l’atelier nation de validation de la stratégie spécifique de développement des Région du Nord (Gao, Ménaka, Tombouctou, Taoudéni, Kidal). Les travaux regroupent acteurs des mouvements signataires de l’accord pour la paix, les partenaires techniques et financiers, présidence du suivi de l’accord, les acteurs nationaux avec les représentants de toutes les Régions, soit environ 270 participants.
L’objectif général de l’atelier consiste à finaliser et à valider le projet de la Stratégie spécifique de développement des Régions du Nord (SSD/RN) de manière participative et inclusive permettant son appropriation par tous les acteurs de développement concernés par sa mise en œuvre. En d’autre termes, il s’agit durant les trois jours de conclave, de partager le projet SS/RN du Mali avec les autorités et acteurs bénéficiaires des régions concernées ; recueillir les initiatives et les propositions d’intérêt régional ou interrégional devant compléter le plan d’action de la SSD/RN et contribuant à l’amélioration de la stratégie conformément à l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali ; valider le projet pour la paix et la réconciliation au Mali.
Pour Dr Boubou Cissé, Ministère de l’Economique et des Finances, la validation du projet de SSD/RN se situe dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger. La mise en œuvre de la stratégie s’inscrit donc, dit-il, dans le cadre du Cadre stratégique pour la relance et le développement durable (Credd) 2016-2018 qui vise à promouvoir un développement inclusif et durable en faveur de la réduction de la pauvreté et des inégalités dans un Mali uni, et apaisé, en se fondant sur les potentialités et les capacités de résilience en vue d’atteindre les Odd à l’horizon 2030. La stratégie, explique Dr Boubou Cissé, est destinée «à hisser les régions du nord au même niveau que le reste du pays en termes d’indicateurs de développement et ce, dans un délai n’excédant pas une période de 10 à 15 ans». Le coût du financement est estimé à 2194 milliards de FCFA. «Nous saluons les partenaires qui nous soutiennent dans la mobilisation des fonds comme la BID, la BAD, la Banque Mondiale», affirme le ministre de l’Economie et des Finances. Pour le P.M Abdoulaye Idrissa Maiga, la stratégie vise à mobiliser les financements qui ont été faites depuis octobre 2015 pour pouvoir mettre en place le fonds de développement durable. «Il y a eu le temps des pourparlers. On a gagné ensemble en signant l’accord. Il y a maintenant la mise en œuvre de l’accord intégrale pour faire gagner les populations. Valider le document du projet SSD/RN est une occasion de faire preuve d’un engagement résolue de la pacification des régions maliennes. C’est aussi un levier pour soustraire le Mali du prisme des terroristes. Il est important de franchir les obstacles qui ont mis en retard l’accord pour la paix et la réconciliation. On doit réussir ce processus entamé depuis 2015. Il est attendu et elle permettra d’aller vers le développement, elle est une raison essentielle pour emboiter le pas du développement pour améliorer raisonnablement les conditions de vie des populations des régions du Nord du Mali, elle renforcera le développement économique et social», indique le Premier ministre A. I. Maiga.
Bilal Ag Chérif, représentant les mouvements signataires de l’accord, a salué la tenue de l’atelier qui est un point stratégique essentiel pour aller rapidement vers la mise en œuvre de l’accord, tout en fustigeant aussi la lenteur qui prévaut dans l’application de l’accord. «Il est très important que les parties signataires de l’accord continuent de travailler ensemble pour appliquer l’accord sur tous les plans: développement, sécurité, politique, etc.», a-t-il dit.
Les Ptf et la présidence du comité de suivi de l’accord ont encouragé les parties prenantes à l’accord à participer activement aux travaux pour aller vite dans l’application.
Hadama B. Fofana

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here