Témoignage : Des ex-détenus de Barkhane nous racontent leurs conditions de détention

Certains ex-détenus des soldats français de Barkhane ont tenu à nous livrer leurs témoignages sur les méthodes brutales et humiliantes utilisées lors des arrestations et l’interrogatoire des personnes suspectées de terrorisme dans le Nord du Mali.

Ainsi, après la libération de 4 des 6 personnes arrêtée s par Barkhane, dans la nuit du samedi 8 au dimanche 9 juillet, dans la localité de Eminaghata, située à une centaine de kilomètres au Nord de Ber, relevant administrativement de la région de Tombouctou, certains se sont confiés à nos reporters.

Ils ont révélé avoir été enlevés par les forces françaises sans leur signifier un quelconque motif de leur arrestation et sans aucun avertissement. Avant d’être interrogés puis emprisonnés de façon violente.

Ils ont aussi dénoncé les conditions jugées « inhumaines » dans lesquelles leur libération est intervenue. C’est ainsi qu’ils disent avoir été transportés de Gao où ils étaient interrogés jusque dans un endroit isolé situé au sud-ouest de l’aéroport de Tombouctou où ils ont été abandonnés.

Selon eux, ils ont été détenus dans une chambre très froide sans possibilité de s’habiller correctement. Ils étaient assis durant toute la durée de l’interrogatoire avec les yeux bandés. Voilà comment A.S., ancien détenu de Barkhane décrivait ses conditions de détention.

Un autre ancien détenu des forces françaises de déclarer qu’il a été dépossédé de son téléphone portable et une somme de 200.000 FCFA. Des biens qui ne lui ont pas été restitués lors de sa libération.

Ainsi, de nombreux ex-détenus de Barkhane ont été relâchés sans qu’ils aient été informés formellement de ce qui leur est reproché. Des observateurs avertis jugent ces arrestations arbitraires et sans discernement. De plus, ceux qui reviennent de ces mésaventures même après que leur innocence soit prouvée sont toujours victimes de stigmatisation puisque certains les regardent avec suspicion. Parfois, cela crée des méfiances vis-à-vis des forces armées maliennes, des mouvements et même une certaine frange de la population. D’où la nécessité de revoir la stratégie de Barkhane dans ce qui est convenu d’appeler la « lutte contre le terrorisme ». Au risque d’envenimer la situation et remettre en cause le processus de paix.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here