Coordination des associations et ONG féminines du Mali (Cafo) Les femmes divisées sur la gestion de leur organisation faîtière

L’ébullition au sein de la Cafo a suffisamment fait monter la température entre les femmes. Une conférence de presse a été animée le mercredi 13 juillet à la Maison de la presse dans le but d’atténuer la tension par la présidente par intérim de la Cafo, Mme Kéita Fatoumata Sissoko, devant un parterre de femmes venues soutenir l’actuel bureau de la Cafo.

Les points d’échanges avec les femmes au cours de ladite conférence étaient : la nomination de la présidente Oumou comme ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille ; l’appui des femmes de la Cafo à leur ministre pour réussir les missions que les plus hautes autorités lui ont confiées à travers le Premier ministre et le président de la République ; l’appropriation de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali ; l’apaisement du climat social et le renforcement de la cohésion.

S’agissant de la situation actuelle de la Cafo, ses textes n’exigent nulle part une démission de la présidente de son poste quand elle est appelée à d’autres fonctions, a précisé la présidente par intérim, Mme Kéita Fatoumata Sissoko. «C’est pourquoi nous disons que toute action entreprise en dehors des textes de la Cafo est illégale, nulle et non avenue. Nous devons rester derrière nos textes quoiqu’il puisse arriver et nous nous devons du respect après 20 ans de lutte ensemble», a martelé Mme Kéita.

Quant à la question du mandat de l’équipe de Mme Traoré Oumou Touré, l’actuelle ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, la présidente par intérim dira que le retard dans la mise en place du nouveau bureau est dû à l’insécurité dans le septentrion du pays. Bien avant la fin de ce mandat, une assemblée générale a été tenue pour informer les bureaux régionaux de la Cafo du Mali qu’il importait de tenir le congrès pour renouveler le bureau. «Malheureusement, l’insécurité qui sévit dans les régions du nord n’était pas favorable à la tenue d’une assemblée pour renouveler les bureaux à la base. C’est ce qui explique réellement le retard dans le processus de renouvellement du bureau national de la Cafo», a expliqué Mme Kéita Fatoumata Sissoko.

Gabriel TIENOU

****

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here