Reforme du Secteur de la Sécurité au Mali : ARGA-Mali outille les OSC pour une contribution qualitative

77

A la faveur d’un atelier de trois jours dont les travaux ont démarré le mercredi 19 juillet 2017, l’Alliance pour Refonder la Gouvernance en Afrique (ARGA-Mali) a réuni une soixantaine de représentants des organisations de la société civile malienne en vue de procéder au renforcement de leurs capacités dans la stratégie de la reforme du secteur de la sécurité en cours dans notre pays. C’est l’hôtel Mandé qui a servi de cadre à cette rencontre du donner et du recevoir qui se veut un cadre censé rehausser la qualité de l’implication des structures faîtières des jeunes et des femmes dans la mise en œuvre de la RSS, notamment à travers la fonctionnalité du Commissariat chargé de la RSS.

Organisé grâce à l’appui financier et technique de la MINUSMA, cet atelier de formation vise le renforcement des connaissances des OSC maliennes sur les dimensions managériales et stratégiques de la mise en œuvre de la RSS et sur le régime des outils règlementaires et juridiques applicables en matière de RSS. Trois jours durant (du 19 au 21 juillet), les experts formateurs vont apprendre aux OSC leurs rôles et responsabilités en matière de RSS et notamment sur le régime institutionnel des institutions en charge de la RSS - nommément le Commissariat à la RSS. Les apprenants vont également se frotter aux techniques de production, de proposition et de contribution au plan institutionnelle et stratégique dans le cadre actions de mise en œuvre de la RSS.

A la cérémonie d’ouverture présidée par l’Inspecteur Général Ibrahima Diallo, Commissaire à la Reforme du Secteur de la Sécurité, le président d’ARGA-Mali a estimé que l’atelier du jour marquait le démarrage du partenariat ARGA-MINUSMA ; lequel partenariat va accoucher une série de formation des jeunes et des femmes sur le secteur de la sécurité. Pour Eric Blaise, le responsable de la section DDR-RSS de la MINUSMA, l’appui technique et financier de la mission onusienne au Mali, s’inscrit en droite ligne de ses devoirs envers le Gouvernement malien. « Tous les acteurs de la Société Civile doivent être impliqués dans l’élaboration de la nouvelle politique de sécurité du pays » a indiqué le représentant de la MINUSMA.
« Il est nécessaire que nous réfléchissions à l’amélioration de la gouvernance dans tous les secteurs pour qu’aucun secteur ne crée plus de problème de sécurité. », c’est en ces mots que le Commissaire RSS a officiellement ouvert les travaux. Pour justifier cette position, l’inspecteur général Ibrahima Diallo puisque c’est de lui qu’il s’agit, a déclaré que les défis sécuritaires du Mali exacerbés en 2012 sont dues à d’énormes défaillances de gouvernance.

Rappelons que la réforme du secteur de la sécurité en cous au Mali, s’inscrit dans un processus de reconstruction du secteur de la sécurité à travers une dynamique globale de refondation des forces de défense et de sécurité. L’objectif principal étant de disposer d’une sécurité (protection de l’Etat, de la population et de ses biens) efficace et redevable, dans la bonne gouvernance, le respect des principes de l’Etat de droit et des droits des populations à vivre dans un environnement sain, à l’abri de toute forme de violence.

André SEGBEDJI/abamako.com

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here