Renouvellement de la licence d’Orange-Mali à hauteur de 100 milliards : Le gouvernement offre le jackpot

S’il est vrai qu’un héros est un homme qui accomplit avec dévouement et détermination, courage et compétence, les tâches que son époque, le contexte et sa nation imposent à tous, il est clair comme l’eau de roche que le Ministre de l’Economie Numérique et de la communication en est un. Harouna Modibo Touré dit Papou puisque c’est de lui qu’il s’agit vient de conduire avec succès les négociations de renouvellement de la licence d’établissement et d’exploitation de la société de téléphonie Orange au Mali. A l’image de la côte d’Ivoire et du Sénégal dont les chiffres d’affaires sont beaucoup plus importants que le nôtre, il a pu obtenir 100 milliards de Francs CFA pour 15 ans contrairement respectivement aux 16 et 17 ans pour la côte d’Ivoire et le Sénégal.

Implantée au Mali depuis 2002, la société de téléphonie Orange vient de conclure avec succès les négociations devant aboutir au renouvellement de son bail avec l’Etat du Mali. En plus d’un cahier de charges soigneusement élaboré par les différents départements concernés pour le bonheur des maliens, les négociations menées de main de maître par le Ministre de l’Economie Numérique et de la Communication a permis à notre trésor public d’engranger la bagatelle de 100 milliards de FCFA. Pour les profanes, cette somme paraît anodine dans le milieu de la téléphonie. Pour les avertis, elle révèle d’autres facettes d’un homme d’Etat dans la peau d’un redoutable négociateur au front pour son pays. Cet accord étale si besoin en était encore, un défenseur acharné des intérêts de l’Etat. Si au Sénégal il a fallu l’intervention personnelle du président Macky Sall pour pousser Orange à consentir le sacrifice des 100 milliards, au Mali la seule perspicacité du Ministre Harouna Modibo Touré épaulé par le Ministre de l’Economie et des Finances a permis d’obtenir le jackpot sans tambour ni trompette. Comme quoi, l’autorité d’un seul homme compétent, qui donne de bonnes raisons et des preuves certaines, vaut mieux que le consentement unanime de ceux qui n’y comprennent rien. Par souci de transparence, le Ministre Touré a profité de la traditionnelle conférence de presse du porte parole du gouvernement pour donner l’information.

La 4G pour 33 milliards de FCFA

Profitant du renouvellement de son Bail avec Orange, le gouvernement du Mali, pour le confort des consommateurs a décidé d’inclure la 4G dans les négociations à l’instar des autres pays de la sous région. Pour obtenir le droit de commercialiser la 4G dans les mois prochains, la société Orange Mali a déboursé la bagatelle de 33 milliards de F CFA. Même si comparaison n’est pas forcement raison, au Sénégal malgré la pression de Macky Sall la Sonatel, filiale d’Orange n’a déboursé que 32 milliards de FCFA pour le même service. Puisqu’une bonne nouvelle ne vient jamais seule, l’acquisition de la 4G par Malitel est également à l’horizon au même prix, équité oblige.

Un cahier de charges innovant

En plus de l’obligation de commercialiser la 4G dans un bref délai, la société orange Mali a aussi obligation de couverture du territoire national, ainsi des sites jugés prioritaires par l’Etat lui ont été imposés par le gouvernement. L’amélioration de la qualité du réseau à travers des critères de performance territoriale constitue également une obligation de Orange. L’aspect environnemental et sanitaire tiennent aussi une place de choix dans le cahier de charges à travers une prise en compte de l’esthétique et de la pollution. Les centres d’écoutes anarchiques sont prohibés, idem pour les jeux de hasard sans l’autorisation de la société détentrice du monopole dans ce domaine au Mali. En ce qui concerne les données personnelles de nos compatriotes, le cahier de charges permet à l’Etat à travers l’AMRTP d’y veiller jalousement. Du côté des sanctions, le Ministre Touré a laissé entendre que le gendarme du secteur qui n’est autre de l’AMRTP a désormais carte blanche pour veiller scrupuleusement sur le contenu du cahier de charges. Pour permettre à cette structure de jouer pleinement son rôle, les moyens nécessaires seront assurés selon le Ministre.

Le 3ème et le 4ème opérateur en gestation

Pour permettre aux maliens de profiter pleinement de la saine concurrence entre les opérateurs, l’Etat a relancé le 3ème opérateur qui détient sa licence depuis 2014 sans pouvoir exercer. Selon le Ministre de l’Economie Numérique et de la Communication, l’opérateur aurait promis de lancer le premier appel dans quelques mois. Dans ce cadre, le Ministre a précisé que la patience de l’Etat a des limites, même si aucune clause ne fixe une échéance. En ce qui concerne le 4ème opérateur, le Ministre a précisé que la procédure est en marche.

Lamine Diallo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here