Breves [email protected] – ONU Femmes dispense une formation sur l’entreprenariat, l’organisation, la vie coopérative et le Management à l’endroit de cheffes d’entreprises

Durant une semaine, une dizaine de femmes entrepreneures ont bénéficié d’une session de formation visant à renforcer et développer leurs capacités managériales. Ce séminaire entre dans la droite lignée de la vocation d’ONU Femmes qui est, entre autres, de booster l’entreprenariat féminin. Cette session d’information est la suite du premier volet du programme intitulé : Initiative pour la Promotion et l’Appui à l’Entreprenariat Féminin « IPAFE ».
Un programme qui est prévu pour être bouclé à la fin de l’année 2017. La cérémonie d’ouverture de ladite formation a eu lieu à l’Hôtel El Farouk, le lundi 17 juillet 2017, et a été présidée par Ousmane Bamba, Chargé de communication d’ONU Femmes et de Famory Sinawa, Consultant d’appui AGRIFED. Les formateurs avaient pour nom Amadou Diop et Mme Sangaré Assitan Sidibé. Après avoir lancé le programme de formation, M Bamba exhorta les participantes à se dépasser en vue jouir au plus vite des fruits de cette formation : « Notre contribution n’a d’égal que votre engagement » a-t-il déclaré.
Durant la semaine de formation, les participantes ont été formées sur, entre autres, comment élaborer une stratégie marketing adaptée à leur marché spécifique, définir les différentes fonctions et l’organisation de leur entreprise ou encore apprécier l’utilité de la tenue d’une comptabilité. Au terme du séminaire, elles auront développé leur esprit entrepreneurial et mesuré l’importance d’effectuer une analyse et une étude de marché.
199 mille 414 emplois, sur les 200 mille promis par le candidat IBK, ont été créés de septembre 2013 au 30 juin 2017
Cela parait illogique pour beaucoup de Maliens et surtout pour les nombreux chômeurs qui peinent à avoir un premier emploi. Mais, au ministère en charge de l’Emploi, on dit haut et fort que cela est réalisable et que les 200 mille emplois promis pour cinq ans pourraient être dépassés d’ici septembre 2018. C’est ce qui ressort, en gros, du déjeuner de presse offert aux hommes de médias par le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, M. Maouloud Ben Kattra, le lundi 17 juillet 2017 au Maeva Palace. Au cours de cette rencontre, le ministre Ben Kattra, appuyé par certains de ses proches collaborateurs, surtout des services traitant directement de la création d’emplois au Mali, a avoué que 199 mille 414 emplois ont été créées de septembre 2013 au 30 juin 2017.
Ce qui fait un taux de réalisation 99,80% du programme présidentiel de 200 mille emplois pour le quinquennat. Ainsi, 96 mille 428 emplois privés, visés à travers des contrats vérifiables à la direction nationale du Travail et ses services régionaux, ont été créés de septembre 2013 au 30 juin 2017. En outre, 3 mille 692 emplois ont été créés au titre de la composante 2, c’est-à-dire la création d’emploi par le secteur privé pour les jeunes du PROCEJ de 2015 au 1er semestre 2017. En ce qui concerne les emplois publics, notons qu’il y a eu durant la période mentionnée 107 mille 114 emplois créés, dont 10 mille 547 pour le premier semestre 2017.
Ces emplois se repartissent comme suit : 5000 emplois au ministère de la Défense, la fonction publique des collectivités avec 164 agents recrutés pour la santé et 2587 enseignants. Au ministère en charge de l’Equipement, on note la création de 1249 emplois, la santé et l’Hygiène publique avec 619 agents, la Décentralisation et la Fiscalité locale avec 912 emplois et les Sports avec 16 emplois créés. Il importe de retenir qu’au cours de la même période, les services du Travail ont enregistré 7 mille 816 cas de licenciement pour divers motifs.
Mahamat Saleh Annadif entretient la presse sur le nouveau mandat de la MINUSMA
Le représentant Spécial du secrétaire général de l’ONU, chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif, a rencontré les hommes de médias à la Maison de la Presse le mardi 18 juillet 2017 pour parler du nouveau mandat de la MINUSMA. Pour le conférencier, le nouveau mandat prévoit l’appui à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, la protection des civils, notamment contre les menaces asymétriques, ainsi que la promotion et la protection des droits de l’homme.
Avec ce mandat, dira-t-il, la MINUSMA continuera d’appuyer la mise en œuvre de l’Accord, en particulier ses dimensions politique et sécuritaire, le rétablissement et l’extension progressifs de l’autorité de l’Etat. «La résolution du Conseil de sécurité des Nations-Unies réaffirme son soutien aux forces de sécurité et de défense du Mali. Il y a des terroristes et des trafiquants de drogue qui sont là. C’est pourquoi dans les résolutions 2295 et 2364, on demande à la MINUSMA d’être proactive et éventuellement d’anticiper les attaques asymétriques», a noté M. Annadif.
Il n’a pas manqué de saluer la détermination des pays du G5 Sahel à lutter contre le terrorisme, le trafic de drogue, ainsi que la criminalité transfrontalière avec la mise en place d’une Force conjointe de plus de 5 000 hommes. Pour lui, «tant que le dialogue existe, il y a des choses qui peuvent empêcher d’atteindre des résultats positifs».

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here