TOP SECRET: Présidentielle de 2018: La candidature de Me Bathily se précise !

L'excellent avocat Me Mohamed Aly Bathily prépare minutieusement sa candidature pour la présidentielle. Même si sous d'autres cieux, il jure la main sur le cœur que ces informations sont des on dit.
Dans tous les cas, le temps ne ment pas. Cependant, il trace en filigrane ses intentions à travers le reportage de notre confrère "L'Indicateur du Renouveau". Lisez plutôt !
"Bilan du régime IBK : Mohamed Bathily n'y voit pas d'un bon œil
Dans un franc parlé dont lui seul a le secret, Mohamed Ali Bathily, ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et des Affaires foncières, président des Associations pour le Mali (APM) dépeint un tableau peu reluisant du bilan du régime d'IBK dont il est lui-même comptable. Pour le président des APM, malgré quelques avancées enregistrées çà et là, beaucoup de problèmes de l'époque n'ont toujours pas trouvé un début de solutions.
Répondant à la question des journalistes sur son regard du bilan de la gestion du régime IBK lors du cadre d'échange sur le contenu de la Constitution qu'il a instauré avec les militants de l'APM à la Maison de la Presse, le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et des Affaires foncières, Mohamed Ali Bathily n'est pas allé avec le dos de la cuillère.
Pour le titulaire du 17 ème rang du gouvernement Abdoulaye Idrissa Maïga et ministre des gouvernements successifs du régime actuel, le ministre Mohamed Ali Bathily ne voit pas forcement d'un bon œil le bilan du régime d'Ibrahim Boubacar Keita. "Les problèmes du Mali de l'époque n'ont toujours pas été résolus, on est loin de leur solution et qu'il faut s'atteler à chercher toutes les solutions pour les résoudre ", a-t-il clamé.
En revanche, il a relevé des avancées sur le plan du recouvrement de l'intégrité du territoire. " Nous avons tous le devoir de constater que nous avons traversé une période difficile de notre histoire, une période qui a induit des violences d'un niveau qu'on n'avait jamais atteint, qui a même mis en cause l'existence de notre pays ", a-t-il rappelé. Avant de poursuivre qu'au bout de quatre ans, la violence n'arrive plus à remettre en cause l'intégrité du territoire. Pour le président des APM, cela constitue un acquis.
En outre, sur le sujet de la révision constitutionnelle qui crée de vives tensions entre la plateforme An tè A Bana, Touche pas à ma Constitution et celle du Oui An Sona, le ministre Bathily se dit ne prendre position pour aucun camp. Mieux, il condamne les campagnes prématurées auxquelles les deux plateformes se livrent."
OPPOSITION POLITIQUE : Encore la bataille de leadership
Croyant à une prise de conscience pour faire face à l'avenir de la nation, chaque leader de l'opposition joue sur la fibre des manifestants. C'est pourquoi, de plus en plus lors des marches de "An Tè A Banna - Ne Touche Pas à Ma Constitution ", des banderoles appartenant à ces partis reviennent avec force. Et puis, chacun des partis essayent à travers son leader de se mettre en valeur. D'une manière ou d'une autre. Pourtant, l'objectif du regroupement devait éviter de se canarder de la sorte.
MAJORITE PRESIDENTIELLE : La révision constitutionnelle divise !
C'est fini, le glas est sonné. La majorité présidentielle se désagrège au désavantage du président IBK. Pire, pour se venger de leur mentor IBK, certains barons du Rpm jouent un double jeu. Ils s'emploient à prouver au mandé massa que le parti quel qu'il soit est incontournable pour la gestion du pouvoir. Ainsi, un membre influent d'indiquer : "IBK est face à son destin. C'est lui qui nous a affaiblis en criant sur tous les toits que c'est le peuple qui l'a mis à Koulouba et non le Rpm. Aujourd'hui, dos au mur, il veut se rabattre sur nous. Pourtant, pendant sa période de disette, nous étions les quelques cadres qui étaient toujours à ses chevets… "
Tout va se dévoiler avant la fin de cette course de fond, en attendant la majorité est divisée. Déjà Yéléma, le Cnid Fyt, des entités de l'Adéma, de l'Udd et même une partie du Rpm ne sont pas favorables à la révision en l'état du projet.
MORIBABOUGOU:Les rails aux enchères
Depuis un certain temps, des barons de Transrail s'adonnent à cœur joie à brader les rails dans la zone de Moribabougou. Après plusieurs tentatives au niveau de la société, nous n'avons pas eu d'interlocuteur. A la troisième tentative, un responsable qui a requis l'anonymat a déclaré ceci : "Vous avez la bonne information. Ce qui se passe actuellement est une œuvre de quelques barons loups bien connus de la boite. Je tiens à vous dire qu'ils sont en complicité avec certains cadres du ministère pour cette sale besogne. Aussi, avec l'aide de certains agents en uniforme… "
Nous y reviendrons !
Ousmane COULIBA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here