Blocage du retour de l’administration à Kidal : Les explications du Gouvernement

Il tient les groupes armés responsables de cet énième blocage et annonce la mise en place d’un observatoire indépendant et une commission d’enquête internationale.
Annoncé pour le 20 juillet, le retour de l’administration à Kidal n’a malheureusement pas pu avoir lieu. Cette date devrait, notamment être marquée l’installation du gouverneur et la mise en place du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC) à Kidal pour donner le ton à la fonctionnalité des services sociaux de base dans la région. Mais ni la mise en place de la Commission de bons offices ni le renouvellement des engagements des Groupes armés n'ont permis de maintenir cette date qui suscitait beaucoup l’espoir. C’est la marche vers la paix qui a été une fois de plus retardée.
Face à cet énième échec dont les parties s’accusent mutuellement, le gouvernement a décidé de donner des explications. Il a tenu, le jeudi 20 juillet à la Primature, une conférence de presse pour, non seulement exprimer son regret pour le blocage, mais aussi pour donner des précisions à l’opinion nationale et internationale. Le conférencier principal était le ministre de la Défense et des Anciens combattants, Tiénan Coulibaly, non moins coordinateur du Groupe de souveraineté. Il était accompagné des ministres Abdel Kader Konaté, porte-parole du gouvernement, Me Kassoum Tapo des Droits de l’homme et de la Réforme de l’Etat, Me Mamadou Ismaël Konaté de la Justice, Garde des Sceaux et Tiéman Hubert Coulibaly de l’Administration territoriale.
La partie gouvernementale soutient que la date du 20 juillet n’a pu être respectée à cause des affrontements entre les groupes armés signataires de l’Accord. Elle accuse la Plateforme et la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) d'être responsables de cet énième échec du retour de l'administration à Kidal.
Le ministre de la Défense estime que les conflits internes entre les groupes armés constituent des obstacles à la mise en œuvre de l'accord d'Alger. Une situation révoltante, selon lui, dans la mesure où l’État malien a fait preuve de beaucoup de disponibilités pour l’application intégrale de l’Accord. Tiéna Coulibaly regrette, par ailleurs, que les discussions entamées pour parvenir à un accord de cessez-le-feu entre les deux mouvements n’aient pu aboutir. Pour le ministre de la Défense, les mouvements belligérants doivent trouver les moyens de gérer leur différend sur la base de leur volonté d’aller vers la paix.
Le ministre Tiéna Coulibaly a rappelé que, tout était fait pour que le document de cessez-cessez le feu soit signé, mais qu’à la dernière minute la Plateforme s’est rétractée en exigeant de la CMA l’abandon de ses positions à Anéfis pour plus « de garantie sécuritaire ». Cependant, a annoncé le ministre de la Défense, les pourparlers vont se poursuivre, afin d'avoir un accord le plus rapidement possible. Le gouvernement est prêt pour la mise en place du MOC à Kidal et le retour de l'administration dans la région a t-il assuré. Le matériel technique et les deux cents éléments des forces maliennes sont à la disposition du MOC a rassuré Tiéna Coulibaly.
A sa suite, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, a annoncé que très bientôt, un observatoire indépendant et une commission d’enquête internationale tel que prévu par l’Accord pour la paix et la réconciliation seront institués. « Ces organes se pencheront sur les facteurs qui entravent la mise en œuvre de l’Accord et détermineront les sanctions qui s’imposent », a précisé Me Mamadou Ismaël Konaté.
Rappelons que depuis son arrivée à la tête du gouvernement, le Premier Ministre Abdoulaye Idrissa Maïga a décidé de donner un coup d’accélérateur à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. C’est ainsi qu’il a initié une série de rencontres avec les mouvements armés qui ont réaffirmé leur volonté de ne plus faire entrave à la mise en œuvre de l’Accord.
La plus importante a été la Journée d’évaluation de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, tenue le vendredi 23 juin dernier à la Primature, entre toutes les parties. Ces retrouvailles se sont inscrites dans la logique «d’une union sacrée» porteuse de « dividendes de la paix » et ont abouti à la principale décision que le Mécanisme opérationnel de coordination, symbole de la présence de l’État malien et de la sécurité, sera effectivement présent à Kidal le 20 juillet. Ce qui n’a malheureusement pu être le cas.
Daniel KOURIBA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here