Campagne nationale de reboisement 2017 : La ministre Keïta Aïda M’bô lance la 23ème édition dans la forêt classée des ‘’monts mandingues’’

La ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable, Keïta Aïda M’bô, accompagnée d’une forte délégation, a procédé, le samedi 22 juillet dernier, dans la forêt classée des ‘’monts mandingues’’, au lancement de la 23ème édition de la campagne nationale de reboisement. L’activité qui a été organisée par son département à travers la Direction Nationale des Eaux et Forêts a vu la présence des autorités administratives et coutumières locales ainsi que des membres de certaines associations œuvrant pour la protection de l’environnement.
Le thème retenu cette année est : « les forêts nous protègent contre la déchéance, prenons soin des forêts en vue de garantir l’avenir des générations futures ».
Cette campagne, selon les organisateurs, s’emploiera non seulement à consolider les acquis antérieurs, mais également à mobiliser tous les acteurs autour des activités de lutte contre la désertification.
En effet, la population de la commune du Mandé, consciente de la dégradation de l’environnement a réservé un accueil chaleureux au ministre et à sa délégation.
Le Maire du Mandé Moussa Camara a remercié les autorités pour le choix porté sur sa commune pour cet évènement qui pour lui, est d’une importance capitale pour les populations.
A sa suite, la ministre Keïta Aïda M’bôdira que cette cérémonie est la traduction de la volonté des plus hautes autorités du Mali de relever le défi de la lutte contre la désertification et le changement climatique qui constituent aujourd’hui, une menace sérieuse pour notre survie.
Selon elle, le Mali étant un pays enclavé et désertique sur les 2/3 de sa superficie, il est également confronté ces dernières décennies, à de nombreux défis environnementaux qui sont liés d’une part, à la dégradation des ressources naturelles et d’autre part, à la détérioration du cadre de vie des populations. Ces effets cumulés dit-elle, contribuent à l’amplification des problèmes de dégradation par la forte pression exercée par l’homme et le bétail sur ces ressources naturelles dont les conséquences sont entre autres, la disparition des forêts, de la faune, la formation de dunes de sable ainsi que le comblement des lits des cours d’eau.
En mettant l’accent sur l’évolution des surfaces boisées, elle a fait savoirque son analyse fait ressortir une diminution drastique et continue du couvert végétal à cause de la coupe du bois, du surpâturage, de la persistance des feux de brousse, des défrichements incontrôlés et de l’occupation illicite des domaines forestiers classés. Faisant perdre ainsi au Mali, chaque année, plus de 100.000 hectares de forêt.
C’est pourquoi souligne-t-elle, depuis 1995, son département organise chaque année, une campagne nationale de reboisement. Une action qui a pour objectif de sensibiliser l’opinion nationale et de rappeler aux partenaires techniques et financiers, la nécessité d’orienter leurs appuis vers les actions de lutte contre la dégradation des ressources naturelles, la perte de la biodiversité, la désertification et les multiples effets du changement climatique.
A en croire la ministre, conformément à la vision du président IBK, le Mali s’engage à faire de l’économie verte et résiliente au changement climatique, une priorité nationale dont les programmes prioritaires prévoient entre autres, l’aménagement forestier pour la restauration des écosystèmes dégradés visant à reboiser 325.000hectares, la régénération naturelle assistée et la lutte contre l’ensablement et la protection des aires protégées sur 9 millions d’hectares.
«Si le lancement de la campagne de reboisement 2016 a eu lieu dans la forêt classée de Tienfala où 10 hectares ont été plantés et sécurisés, celui de cette année a lieu dans la forêt classée des monts mandingues située à 25 km de la capitale dans la commune rurale du Mandé où 2 hectares seront plantés à titre démonstratif par les invités. Un 3ème hectare sera planté spécifiquement par l’Association des Femmes Forestières du Mali dont l’opération nécessitera la mise en terre d’environ 1500 plants sécurisés par des grillages», a-t-elle précisé. Avant d’ajouter que les activités de la campagne concernent toutes les régions du Mali et impliquent les Institutions de la République, les départements ministériels, les collectivités, la société civile, les associations féminines, les jeunes et les privés en vue d’assurer à l’opération, une dimension plurielle, soutenue et étendue.
Par ailleurs, la ministre Keita Aïda M’Bo a invité ses collègues et tous les maires à s’engager avec les populations dans la plantation et l’entretien des bosquets villageois et communaux. Enfin, elle a promis que dans les jours à venir, le chef de l’Etat, le Premier ministre et d’autres personnalités seront mises à contribution pour regarnir certains espaces notamment la forêt classée de Koulouba.
Moussa Sékou Diab

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here