Cellule de veille inondations et catastrophes : Evaluer le chemin parcouru

Cdt. Abdramane Bagayoko, chef de la Cellule de veille Inondations et Catastrophes (ministère de la sécurité et de la protection Civile) a animé lundi  dernier, une conférence de presse afin de faire connaître sa structure, ses difficultés et objectifs.

La rencontre s’est déroulée au ministère de la protection civile, en présence de M. Bacoun Kamaté, Secrétaire générale du département et  de plusieurs invités.

 Selon le CDT Bagayoko, la cellule de veille inondations et catastrophes doit servir d’aide à la prise de décisions et coordonner la gestion des inondations sur l’ensemble du territoire.  « Elle doit avant tout collecter  des informations sur les cas d’inondations enregistrés sur l’étendue du territoire national et rendre compte au ministre à travers des bulletins de renseignements quotidiens.

A ses dires, la cellule de veille inondations et catastrophes est actuellement  confrontée à certaines  difficultés qui l’empêchent de bien mener sa mission.

Il s’agit notamment du retard dans la transmission des messages d’alerte, des problèmes de liaisons de la cellule aux autres régions, la méconnaissance des numéros verts par les populations et les problèmes d’accès à certaines localités.

C’est pourquoi, le Cdt Bagayoko a mis l’accent sur la nécessité de transformer sa structure en un centre interministériel de gestion de crise et de mettre en action une grande campagne d’information sur la cellule.

Le Cdt Abdramane Bagayoko, chef de la Cellule de veille Inondations et Catastrophes a aussi signalé que, du mois de juillet à octobre 2015, sa structure a enregistré 31 alertes, 29 décès, 8 blessés et d’importants dégâts matériels.

En 2016 ajoutera-t-il,  entre juin à d’octobre 2016,  il a été enregistré 30 alertes, 12 décès, 8 blessés et d’importants dégâts matériels.

Le Cdt Bagayogo a ensuite énuméré certaines localités touchées par les inondations courant 2017, sans pour autant donner un bilan officiel (perte en vies humaines et dégâts matériels). Il s’agit de Zantiguila (cercle de Doila),  Bla (région de Segou)  Moussala et Dickocore (cercle de Kayes) et 15 quartiers de Bamako.

Au cours de la rencontre, le patron de la Cellule de Veille Inondations et Catastrophes a profité de l’occasion pour communiquer certains numéros verts  toujours inconnus des  populations.

Il s’agit des lignes suivantes : 80.00.11. 11 fixes : 20 71 97 86 (cellule de crise) pour la protection civile (80 00 12 01), pour la police secours (80 00 11 15) et la gendarmerie (80 00 11 14).

Karim Sanogo


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here