Condition de distribution du pain à Bamako : Mais à quoi sert le service d’hygiène ?

Le pain est un aliment composé d’une certaine quantité de farine mêlée d’eau, de sel, de levure industrielle, fermentée et cuite au four. On peut lui attribuer le pouvoir de donner à l’homme la force nécessaire pour accomplir un certain effort physique. Le pain, aujourd’hui, est devenu presqu’indispensable dans la majeure partie des foyers. Sauf que cette popularité n’est pas sans conséquence sur la santé, faute de conditions requises dans sa fabrication et sa distribution dans la capitale malienne. Le comble de l’ironie est que, les autorités en charge de la question ne prennent aucune disposition pour mettre fin à ce fléau mortel.
À Bamako, Le pain, disons-le, est un aliment très prisé. Du petit déjeuner au déjeuner en passant par le diner, ce sont plusieurs milliers de miches de pain qui sont consommées chaque jour. Autrement dit, le pain est un aliment incontournable pour la majeure partie de nos familles. Cet aliment qui flatte trop le goût et qui fait manger au-delà du besoin, peut s’avérer très dangereux pour les consommateurs. En effet, les conditions de fabrication, dans certaines boulangeries, et d’acheminement peuvent en faire un produit très dangereux pour les clients. De nos jours, la moto, est le moyen le plus utilisé pour la distribution du pain. Et le plus souvent, sans aucune condition d’hygiène.

Les règles d’hygiène sont peu respectées par les fabricants. Aucun système de contrôle n’est mis en place (en tout cas, à notre connaissance) pour protéger les consommateurs et sanctionner le non-respect des normes en la matière. Des boulangeries sont installées dans des sites qui laissent à désirer. Pendant ce temps, le pain continue de gagner en popularité auprès des Maliens, et ce avec les conséquences y afférentes. Pour en savoir davantage sur l’importance du pain et les dangers qu’il peut représenter pour la population, nous avons approché quelques consommateurs.

A.K : ‘’Je suis très heureux de pouvoir m’exprimer par rapport à ce sujet. Un soir, comme d’habitude, j’ai acheté 100Fcfa de pain avec une tasse de lait. Pendant que je mangeais, j’ai constaté quelque chose d’étrange dans ma bouche. Après l’avoir retiré, je n’en revenais pas. Des fragments de bouteilles… Aussitôt, j’ai regardé soigneusement le restant du pain que j’avais dans la main. Il y en avait un peu partout. J’ai voulu porter plainte, mais le vendeur m’a longuement supplié. Il m’a fait comprendre qu’il n’était qu’un vendeur et que c’était à la boulangerie d’assumer la responsabilité’’.

B.D : «Le pain, j’en mange presqu’à chaque repas. Je sais très bien que les conditions de distribution sont impropres, mais je n’ai pas trop de choix. Il m’arrive assez souvent d’en tirer des saletés, mais je ferme les yeux pour le consommer…».

S.K : «Je pense qu’il est nécessaire de faire des campagnes de sensibilisation autour de ce sujet. Dans les radios, à la télé et au niveau de la presse écrite. Les gens doivent se réveiller et se donner la main pour lutter afin que les conditions de distribution du pain changent. Plus jamais de moto, mais uniquement des véhicules. Le pain est à la fois très important et très dangereux».
«Les autorités, puisqu’elles ont les moyens, ne mangent jamais ces salles pains distribués sur des motos à travers Bamako. C’est pourquoi elles ne font absolument rien pour lutter contre ce fléau. Or, la place qu’occupe le pain dans l’alimentation des Maliens n’est plus à démontrer», a martelé un de nos lecteurs. Selon ce dernier, à Bamako, le pain circule dans des conditions qui ne sauraient être tolérées dans aucun pays sérieux.

Ces différents témoignages illustrent, à bien des égards, la place du pain dans la vie des Maliens. S’il s’avère aujourd’hui indispensable dans nos foyers, force est de reconnaître qu’il peut avoir des répercussions très négatives sur la santé, faute de meilleures conditions de fabrication et de distribution. Consommateurs, fabricants et autorités publiques doivent, dans une synergie d’actions, créer les conditions requises pour l’encadrement hygiénique de cet aliment très important pour le Malien lambda !
Source : Le Flambeau
Par KANTAO Drissa

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here