Inondations et catastrophes en Communes I et IV : 12 décès, 4 blessés et d’importants dégâts matériels entre juin et octobre 2016

La Cellule de veille inondations et catastrophes du ministère de la Sécurité et de la Protection civile était face aux hommes de média dans la salle de conférence dudit département. L’objectif était de rendre compte des inondations et les catastrophes enregistrées dans le district de Bamako et à l’intérieur du Mali.
C’était sous la présidence du commandant Abderrahmane Bakayoko, chef de cellule de veille inondations et catastrophes du ministère de la Sécurité et de la Protection civile, accompagné par le commissaire divisionnaire Bakoun Kanté. A l’entame des débats, le commandant Abdramane Bagayoko, chef de ladite Cellule dira qu’à la suite des inondations du 28 août 2013, les services de la Protection civile ont enregistré 56 cas de pertes en vies humaines dont 2 portés disparus et d’importants dégâts matériels dans les Communes I et IV du district. Selon lui, les inondations ont fait en somme 6240 ménages sinistrés et 613 maisons écroulées. La gestion de ce sinistre a été émaillée d’incoordination et de duplication dans les réponses. Les réponses (abris, vivres et non vivres) ont été apportées par le gouvernement à travers les ministères sectoriels et les partenaires comme les ONG. Il a affirmé que pour mieux cadrer ce domaine d’intervention, le ministère de la Sécurité et de la Protection a mis en place ’’une cellule de veille inondations et catastrophes’’.
Ses missions consistent à la collecte d’informations sur les cas d’inondations enregistrées sur l’étendue du territoire national, la mise en action des unités de Protection civile, rendre compte au ministre à travers des bulletins de renseignement quotidiens. Les objectifs de ladite cellule sont de servir d’instrument d’aide à la décision, coordonner la gestion des inondations sur l’ensemble du territoire national. Parlant du fonctionnement, il dira qu’il s’effectue en deux modes : le mode activé, allant du 1er juin au 31 octobre, le mode veille qui s’étend sur le reste de l’année. Du mois de juillet au mois d’octobre 2015, la cellule a enregistré 31 alertes, 29 décès, 8 blessés et d’importants dégâts matériels.
Les activités réalisées du mois de juin au mois d’octobre 2016 ont enregistré 30 alertes; 12 décès: 4 blessés; d’importants dégâts matériels. Les localités touchés du 1er juin au 17 juillet 2017 sont Zantiguila dans le cercle de Doila : le 14 mai 2017, Bla dans la Région de Ségou le 27 mai 2017, Gossi et Ouimerden dans le cercle Gourma Rharous, le 17 juin 2017, Echell dans le cercle de Goundam le 17 juin 2017, Dioulabougou dans le cercle de Niafunké le 17 juin 2017, Moussala et Dickocore dans le cercle de Kayes : le 22 Juin 2017, Falou et Sountiana dans le cercle de Nara la nuit du 6 au 7juillet 2017, Bamako, 15 quartiers touchés le 10 juillet, Sotuba, Banconi et Hippodrome dans la capitale le 14 juillet 2017. Par rapport aux difficultés de leur cellule, il ajoutera qu’il y a le retard de la transmission des messages d’alerte, les problèmes de liaison de la cellule aux autres régions, la méconnaissance des numéros verts par les populations et enfin le problème d’accès à certaines localités.
Aïssétou Cissé

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here