Régulation de l’espace audiovisuel : Echanges utiles entre le ministre Arouna Modibo TOURE et la HAC

Les relations entre la Haute autorité de la communication (HAC) et le ministère de l’Economie numérique et de la Communication sont au beau fixe. Les responsables de ces deux institutions l’ont rappelé, hier, à la faveur d’une visite de courtoisie que le ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Arouna Modibo Touré, a rendue à cette structure.
«Nous avons été ravis de recevoir aujourd’hui le ministre… Nous avons échangé sur des problèmes qui concernent la communication dans notre pays… Nos missions sont exécutées pour l’intérêt du Mali. Il n’y a pas de raison qu’il y ait des divergences entre nous», a déclaré le président de la HAC, Fodié Touré, au terme des échanges qui ont duré environ une heure. Et comme pour lever toute équivoque, le patron de la HAC a ajouté : « le ministère exécute une décision gouvernementale. Nous sommes une autorité de régulation investie d’une mission par les plus hautes autorités de ce pays ». Une tâche que l’autorité de régulation a promis d’accomplir «en toute indépendance» et avec «la plus grande rigueur», conformément aux textes la régissant et l’ensemble des services de communication audiovisuels, a déclaré Fodié Touré. Il a également assuré que son institution, dans ses décisions, tiendra compte de la situation actuelle du pays et gérera les dossiers «avec la plus grande intelligence dans un cadre légal et réglementaire».
Cette visite, faut-il le rappeler, se tient à un moment où la HAC est souvent mal comprise dans ses procédures de mise en conformité au cadre législatif et règlementaire de 387 radios privées émettant sur la base d’arrêtés interministériels et de 94 autres qui émettent sur la base d’autorisations provisoires délivrées par les différents ministres en charge de la Communication. Plus de 234 fréquences autorisées, mais non exploitées, ont été déjà retirées de la circulation. Un délai a été également donné aux télévisions privées pour se conformer aux lois et règlements en vigueur.
Interrogé sur la situation des radios privées qui ont été fermées, Fodié Touré a rappelé que ces mesures ont été prises dans un cadre légal. «Les radios fermées n’exerçaient pas dans un cadre légal. C’était des radios pirates», a-t-il fait savoir. Et comme pour justifier l’adhésion des autres acteurs au processus, il a souligné que les télévisons privées sont en train de se conformer à la loi, en respectant la décision prise par la HAC lors de sa dernière session ordinaire tenue en juin dernier. Le président de la HAC a rappelé que l’appel à candidature lancé à cet effet expire dans quelques jours. Le dépouillement, a-t-il assuré, sera fait de façon diligente à la fin de ce processus. «La HAC proclamera les résultats et verra dans quelle mesure les télévisions privées doivent être prises en charge pour le bien de tout le monde», a dit Fodié Touré.
De son côté, le ministre de l’Economie numérique et de la Communication s’est dit «convaincu qu’au sortir de cette rencontre, chacun prendra des mesures idoines pour une gestion intelligente des dossiers en cours». «Les plus hautes autorités m’ont transmis un message. La HAC a été réceptive. Nous comptons sur eux pour pouvoir régler dans la plus grande quiétude ce qui se passe dans le paysage communicationnel de notre pays», a déclaré Arouna Modibo Touré d’un ton rassurant.
Cheick M. TRAORE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here