Vie des partis politiques : L’ADEMA PASJ, le dilemme !

Depuis quelques mois, l'Alliance pour la Démocratie au Mali Parti Africain pour la Solidarité et la Justice est en ébullition. Il est dans le dilemme pour son futur, se démarquer du pouvoir ou rester avec lui dans une position plus claire. Finalement, allié de circonstance du Rpm, il entend s'exprimer logiquement mais dignement dans l'avenir. C'est ce qui est ressorti de la réunion houleuse de son Comité Exécutif du samedi 22 juillet 17 à l'hôtel Timbouctou.

A quelques encablures des échéances électorales, il est nécessaire de se mettre en ordre de bataille. Pour se faire, il faut une revue conséquente des troupes afin de tracer les lignes directrices de la conquête du pouvoir. Longtemps dans les calculs mesquins, l'AdémaPasj semble enfin se décider.
En effet, l'ADEMA PASJ se trouve à l'intersection de deux chemins. A cet égard, les camarades se divisent. Des uns sont pour l'alliance avec le RPM à la présidentielle de 2018 dès le premier tour. Des autres sont, au contraire, pour la candidature du parti. Pour éviter l'affaiblissement du parti ou les événements similaires de 2002 (à cette époque des membres de l'ADEMA avaient trahi leur candidat au profit d'ATT), les dirigeants tentent par divers moyens de se réunir autour de la ruche. D'où cette réunion qui semble la troisième sur ce thème.
Cette réunion témoigne que les abeilles sont divisées pour diverses raisons. D'abord, les mesures sécuritaires. Chaque clan avait amené ses protecteurs (loubards). De plus la police était visible. Ensuite, la discussion. Elle était tellement chaude que la presse a été priée de quitter la cour de l'hôtel pour ne pas entendre les propos des intervenants à l'extérieur de la salle.
Par ailleurs, il faut reconnaitre que le camp présidentiel joue un grand rôle dans cette situation qui prévaut à l'ADEMA. Ainsi, depuis son accession à la Magistrature suprême, le Président de la République manifeste son intérêt pour son ancien parti. A travers l'intégration des cadres de l'ADEMA dans l'exécutif. A présent, ce parti a quelques cadres dans le gouvernement. Sans compter les autres postes nominatifs importants. Tandis que certains cadres ne cessent d'éprouver leur dégout pour la gestion actuelle du pouvoir. Malgré que l'ADEMA PASJ soit membre de la Convention de la Majorité Présidentielle.
A noter que l'ADEMA PASJ est l'un des premiers partis politiques de l'ère démocratique. Depuis cette époque, il était une référence en Afrique. Aussi, il a eu à former plusieurs cadres qui sont remarquables dans l'arène politique actuelle. Des partis comme le RPM, l'URD, le MIRIA entre autres sont tous issus de cette " école " politique qui tend à perdre sa valeur de ses premières années. Outre, l'ADEMA est le seul parti au Mali qui appartient à tous les membres. Sinon, tous les autres ont leur candidat naturel.
Alors, quel avenir les dirigeants actuels réservent-ils à cette " école " ?
Lisez la déclaration issue de la réunion de ce samedi :
"DECLARATION POLITIQUE DU COMITÉ EXÉCUTIF DE L'ADEMA-PASJ
Le Comité Exécutif de l'Adema-PASJ s'est réuni à l'Hôtel Timbouctou (Commune VI-Bamako), le samedi 22 Juillet 2017 sous la présidence du Professeur Tiémoko Sangaré, Président du parti.
Le Comité Exécutif, au cours de cette importante réunion, a procédé à une analyse approfondie du rapport de la Commission présidée par le camarade Moustapha Dicko relatif à la reconstitution de la Grande famille Adema-PASJ, à la création d'un pôle de gauche et au positionnement du parti, en vue des élections générales de 2018.
A l'issue des débats, le Comité Exécutif a félicité la commission et adopté ledit rapport. Il en outre pris d'importantes décisions concourant à la cohésion du parti, à la réaffirmation de son identité et de son leadership sur l'échiquier politique national et à son engagement à bâtir un Mali un et indivisible, démocratique, laïc et social.
Le Comité Exécutif, en application de la recommandation issue de la 15è Conférence nationale, tenue à Bamako, le 25 mars 2017 " d'enclencher, dans les meilleurs délais le processus de désignation de son candidat à l'élection présidentielle de 2018 ", prendra les dispositions en vue d'assurer la participation du parti à ladite élection.
Le Comité exécutif a conclu sur la nécessité d'inscrire ses actions dans le cadre d'une coalition forte de Partis fondée sur une Nouvelle Offre Politique, condition indispensable à toute victoire en 2018. A cette fin, le Comité Exécutif élaborera dans les meilleurs délais, un projet de plateforme politique assortie d'un programme.
Cette plateforme servira de base de négociation autour des conditions de soutien au candidat rassembleur et consensuel issu des rangs du Parti, le cas échéant, du candidat issu de la coalition d'un ensemble de partis politiques.
Le Comité Exécutif en appelle à tous les militants, militantes et sympathisants du parti à plus de cohésion et d'entente dans un nouvel élan de solidarité, de travail et de justice indispensable au rayonnement du parti et aux victoires du parti pour les prochaines élections générales.
Le Comité Exécutif salue l'esprit de sérénité qui a prévalu tout au long des débats.
Fait à Bamako, le 22 juillet 2017
Le Comité Exécutif "
Cette déclaration est quand même indicative pour la suite à donner. Car, le parti entend désormais s'assumer. Soit avec son propre candidat ou avec un partenariat dûment établi avec qui il doit partir.
Attendons de voir !
Yacouba TRAORE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here