Atelier sur les terminologies bancaires: Fruit d’un nouveau partenariat CCDP – l’APBEF

Le samedi 22 juillet passé une vingtaine des journalistes se sont familiarisés avec « les terminologies bancaires » à la Maison de la Presse. C’était à la faveur d’un atelier de formation initié par le Cadre de concertation des directeurs de publication (CCDP). La rencontre a permis de concrétiser un nouveau partenariat entre la presse malienne à travers le CCDP et l’Association des professionnels de banques et établissement financiers (APBEF).

La cérémonie a été CO- présidée par Amadou Diallo représentant de l’APBEF et de Aboubar Bany Zan coordinateur du CCDP.

Le représentant de l’APBEF, Amadou Diallo s’est dit très impressionné par l’organisation de cet atelier. Il a promis de faire le compte rendu au bureau de l’APBEF et salué l’engagement et la détermination du CCDP.

Abondant dans le même sens, le coordinateur du CCDP, Aboubacar Bany Zan, dira que ,c’est un énorme plaisir pour le Cadre de Concertation de Directeurs de Publications sous sa modeste conduite, d’avoir organisé cet atelier de formation à l’endroit des confrères sur les terminologies bancaires, avec l’accompagnement de l’association professionnelle des banques et établissements financiers.

« Nous sommes tous dans la grande majorité usagers des banques, qui pour ouvrir un compte, qui pour effectuer des opérations diverses, qui pour faire un article de presse sur les activités de telle ou telle banque. Justement c’est pour ces raisons que les hommes de médias que nous sommes ont besoin de consolider nos connaissances dans le domaine bancaire, non seulement sur le plan international mais aussi national.

Ce qui doit nous amener à maitriser ou à se familiariser avec de nombreux mots et concepts des banques, que nous entendons au quotidien. Une fois cet objectif atteint, nous ne serons plus des analphabètes dans le domaine important des banques et établissements financiers. Le dynamisme de tout regroupement humain que quelque nature que ce soit, ne dépend nullement du nombre de ses adhérents ou membres, mais de la qualité du ou des leaders de ce regroupement capables de poser des actes nobles pour l’atteinte des objectifs. Aujourd’hui, le CCDP entend répondre aux aspirations de l’ensemble des hommes de médias en général et en particulier la presse écrite.

La confraternité, la solidarité, l’entraide et le respect mutuel demeurent le socle du Cadre. Au CCDP, nous faisons de telle manière que le journaliste ne soit vu comme un mendiant ou autre, mais comme un intellectuel éclaireur des populations. Pour preuve, le CCDP a d’abord mis en avant ses propres ressources, pour organise cet atelier, que nous avons voulu simple dans le déroulement, avant que l’accompagnement du partenaire symbolique ne vienne. Car, notre raison d’être c’est la formation, le renforcement des capacités de nos confrères et l’amélioration des conditions de vie et de travail du journaliste » a indiqué le coordinateur du CCDP.

Avant de remercier le partenaire l’APBEF pour leur disponibilité et accompagnement pour la tenue de cet atelier.

L’Administrateur de la Maison de la Presse, Abdoul Majim Thiam a salué cette initiative et ce nouveau partenariat entre le CCDP et l’APBEF qui, selon lui, cadre parfaitement avec la vision de la Maison de la Presse la faitière à savoir mettre l’accent sur la formation continue des journalistes .Il a exhorte les participants à mieux profite de ce cadre pour comprendre les terminologies bancaires.

Ensuite, les participants ont eu droit a une communication sur les terminologies bancaires présenté par Gaussou Marico directeur adjoint de la compagnie financière Africaine.

Selon lui, le système financier désigne l’ensemble des institutions qui rendent possibles les échanges d’argent. En organisant, selon différentes modalités, la rencontre entre les besoins de financement et les capacités de financement, le système financier favorise la bonne allocation des ressources au sein de l’économie, facilite l’investissement et la croissance.

Pour répondre à ces besoins de financement, il existe deux grands marchés : le marché désintermédié ou finance directe ou marché financier : il y a face à face des prêteurs et des emprunteurs, le Marché intermédié ou finance indirecte ou marché bancaire, il y a un intermédiaire entre les prêteurs et les emprunteurs,

A ses dires, un marché financier est un marché sur lequel des personnes, des sociétés privées et des institutions publiques peuvent négocier des titres financiers c’est-à-dire des valeurs mobilières de placement qui sont les actions et les obligations.
Parlant du système financier international, l’expert dira que le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale sont des institutions du système des Nations Unies.

Elles poursuivent un même but qui est de relever le niveau de vie des populations des pays membres. Ils ont été créés lors de la conférence internationale réunie à Bretton Woods dans le New Hampshire (États-Unis) en juillet 1944.

FMI : sa mission principale est la stabilité financière et monétaire internationale. Ses prêts sont assortis d’échéances courtes ou moyennes et sont surtout financés avec les ressources provenant de la souscription des quotes-parts des membres. Banque mondiale : appuie le développement économique à long terme et la lutte contre la pauvreté. Ses interventions s’inscrivent dans la durée et sont financées à la fois par les contributions des pays membres et par émissions d’obligations. SFI : créée en 1956, la Société financière internationale est une organisation du Groupe de la Banque mondiale dédiée au secteur privé.

Comité de Bâle : Créé en 1974, il est chargé de renforcer la solidité du système financier mondial ainsi que l’efficacité du contrôle prudentiel des banques .Il a aussi profité pour expliquer quelque notions notamment un cheque sans provision et domiciliation. Selon Mariko, un chèque émis sur un compte non approvisionné. L'émission d'un chèque sans provision entraîne pour le titulaire du compte l'interdiction d'émettre de nouveaux chèques tant que la régularisation n'a pas eu lieu

Quant à la Domiciliation selon le conférencier, l’Opération qui consiste à débiter un compte ouvert auprès de tout établissement de crédit pour en créditer un autre de même nature. Le virement peut être simple ou permanent. La notion du Blanchiment a été explique : selon l’article 7 de la directive de l’UEMOA : sont considérés comme blanchiment de capitaux, les agissements énumérés, ci-après, commis intentionnellement : la conversion ou le transfert de biens, par toute personne qui sait ou aurait dû savoir que ces biens proviennent d’un crime ou délit … dans le but de dissimuler ou de déguiser l’origine illicite desdits biens, la dissimulation ou le déguisement de la nature, de l’origine ou de la propriété des biens ou des droits y relatifs, l’acquisition, la détention ou l’utilisation desdits biens. Il consiste à donner une apparence licite aux fonds issus d’activités criminelles.

Oumou Traoré

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here