Le ministre Arouna Modibo Touré au GPAC : Des préoccupations bien partagées

L’effectivité de la loi sur le régime de la publicité au Mali, la revitalisation du cadre de concertation permanente entre le département et le Groupement professionnel des agences de communication, le rapport entre le Groupement et les structures de communication de l’Etat, voilà autant de sujets qui ont été abordés au cours des échanges

Le Groupement professionnel des agences de communication du Mali (GPAC) a rencontré le ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Arouna Modibo Touré, hier dans ses locaux sis à DFA. Les échanges se sont déroulés dans une atmosphère empreinte d’enthousiasme et de convivialité. Il faut rappeler que, depuis le 18 mai dernier, notre pays s’est doté d’une loi sur le régime de la publicité, en remplacement de la loi 82-63/AN-RM du 18 janvier 1983 qui avait montré ses limites.

La relecture de cette loi était une doléance majeure du Groupement professionnel des agences de communication du Mali qui déplorait le manque de cadre légal garantissant l’exercice des Agences de communication et de publicité au Mali. En outre, depuis la prise de fonction du ministre Arouna Modibo Touré, le département a revitalisé le cadre de concertation permanente avec le GPAC pour discuter des problèmes qui entravent le développement de la communication au Mali. Ces actions, a commenté le président du Groupement, Amadou Moustapha Diop, sont de réel motif de satisfaction pour le monde de la communication et de la publicité. M. Diop a ainsi remercié et félicité le ministre Touré pour les réformes entreprises aussi bien au niveau de l’organisation de la communication que dans la dotation du secteur de cadre juridique le régissant.

Après avoir remercié le ministre pour ses bonnes actions, le secrétaire général du GPAC, Sidi Dagnoko, a succinctement présenté le Groupement qui est composé d’une soixantaine d’Agences de communication évoluant dans le domaine de la publicité, de l’édition et de l’événementiel. Actuellement en plein épanouissement, notre secteur a favorisé la création de milliers d’emplois à travers le pays, a-t-il indiqué. «Environ une quarantaine de corps de métiers sont aujourd’hui liés à ce secteur», a précisé Sidi Dagnoko.

Il rappellera également que la mobilisation financière annuelle du secteur se situe à plus d’une vingtaine de milliards de nos francs et que le secteur constitue, en plus, le principal pourvoyeur de recettes des medias publics et privés. Il a aussi ajouté que c’est un secteur qui a une croissance dont la moyenne est de 10% à 15% par an.
Par ailleurs, le secrétaire général du GPAC dira que le secteur peut jouer un rôle important s’il est bien organisé et mis dans son rôle. D’où l’importance de cette relecture de la loi sur le régime de la publicité. «Le GPAC est constitué d’entreprises et cela veut dire qu’il y a des emplois, des impôts à payer, la rentabilité économique à gérer et autres. Tous ces aspects étaient mis en danger par le grand désordre et la grande désorganisation qui caractérisaient le secteur avant l’adoption de la loi», a t-il déclaré, en invitant le ministre à mettre rapidement en place un cadre de travail pour élaborer le décret d’application de la loi afin de la rendre effective.

Sidi Dagnoko a également remercié le ministre pour la revitalisation du cadre de concertation permanente entre le département et le GPAC. Cette revitalisation, a-t-il soutenu, permettra de discuter des questions fondamentales, notamment le rapport entre le Groupement et les structures de communication de l’Etat (AMAP-ORTM) ainsi que le rapport entre les deux structures elles-mêmes. «Il s’agit de dossiers importants sur lesquels nous voulons discuter pour dégager des solutions claires et durables et même définir le rôle de chacun afin que chacun évolue dans son cadre pour l’atteinte de ses objectifs. Aussi monsieur le ministre, aidez nous à promouvoir la référence nationale en matière de marché de communication», a t-il conclu.

Très réconforté par la démarche du GPAC, le ministre de l’Economie numérique et de la Communication a rappelé l’importance de cette visite qui, plus qu’une simple visite de courtoisie, vise à développer avec les professionnels de la communication un nouveau rapport de collaboration basé sur le respect des engagements.

«Parlant de l’effectivité de la nouvelle loi sur le régime de la publicité, je vous informe que la loi a été promulguée et aujourd’hui nous avons lancé le processus de mise en place d’une commission pluridisciplinaire pour l’élaboration de son décret d’application. Ce travail est fondamental. D’où votre engagement sans faille pour l’aboutissement de ce processus. Au niveau du département, nous sommes fortement mobilisés à cet effet», a indiqué Arouna Modibo Touré.

Concernant les autres sujets, notamment le rapport du Groupement avec les structures de communication de l’Etat (AMAP-ORTM) ainsi que le rapport entre les deux structures elles-mêmes, le ministre Touré a assuré le GPAC de sa disponibilité à gérer ces questions fondamentales. A ce propos, il dira que le cadre de concertation mis en place permettra de mieux recadrer les rapports entre les différentes parties prenantes du secteur. Le patron du département de la Communication a promis d’accompagner les Agences de communication et de publicité dans la promotion de la référence nationale en matière de communication. Cependant, a-t-il poursuivi, il faut que vous remplissiez toutes les conditions en termes de compétence et de fiscalité notamment. «Aidez moi à vous aider», a lancé le ministre Touré, tout en réitérant son engagement constant à accompagner ce secteur stratégique pour l’atteinte de ses objectifs. Il a, en outre, sollicité l’engagement du Groupement à accompagner l’Etat en matière de communication pendant cette période cruciale pour le pays. «Aidez nous à pacifier, à apaiser notre pays, à développer une nouvelle manière de communiquer», a-t-il conclu.

Doussou DJIRE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here