Paix et réconciliation : Une coalition de la société civile s’engage

La Maison de la presse a abrité, hier, la conférence de presse de lancement des activités de la Coalition citoyenne des associations de la société civile pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale (CCASC-PURN). La conférence était animée par l’ancien Premier ministre, Ahmed Mohamed Ag Hamani, président de la CCASC-PURN, en présence de représentants des associations membres du regroupement et de nombreux autres invités.
Selon Ahmed Mohamed Ag Hamani, la CCASC-PURN a été portée sur les fonts baptismaux suivant un processus participatif et démocratique ayant abouti au forum des associations de la société civile des 13 et 14 mai 2016, qui a recommandé la tenue de la conférence nationale desdites associations les 21 et 22 mars 2017. Celle-ci, a-t-il ajouté, a consacré la CCASC-PURN avec ses statuts, son règlement intérieur et son plan d’action.
Aux dires du conférencier, les objectifs de la Coalition consistent à : réorganiser la société civile pour la rendre plus efficace et plus forte ; servir d’interface entre la société civile, la classe politique et les autres acteurs de la vie nationale ; participer au nom des organisations de la société civile membre au Mali à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation ; s’impliquer et participer à la résolution de toutes les questions de la vie de la Nation visant la paix, la réconciliation et le développement durable.
Pour Ahmed Mohamed Ag Hamani, la CCASC-PURN aspire aux valeurs de paix, d’unité, d’indépendance de toutes influences extérieures, de la diversité dans la complémentarité. S’y ajoutent celles du vivre ensemble, de tolérance, de travail, de transparence, de redevabilité, de vérité et de justice.
« La plus grande richesse pour nous, c’est notre terre, c’est notre pays. Nous sommes une coalition indépendante qui n’a rien demandé ni à l’État, ni aux partis politiques. Nous sommes un organe de veille et d’alerte qui se prononce sur toutes les questions », a souligné le président de la CCASC -PURN. Avant de marteler que face à l’échec de la classe politique, il faut une société civile forte.
Dans une déclaration lue lors de la conférence de presse, la Coalition réaffirme la nécessité d’une mise en œuvre effective, efficiente et intégrale de l’Accord pour la paix et la réconciliation, avec comme préalable le respect de l’unité nationale, de l’intégrité du territoire, de la souveraineté de l’État du Mali, ainsi que de sa forme républicaine et son caractère laïc. La CCASC-PURN, poursuit la déclaration, se dit fortement préoccupée par : la recrudescence du terrorisme et de nombreuses pertes en vies humaines ; des conflits fratricides de plus en plus meurtriers ; la montée du communautarisme et des milices armées ; des attaques répétitives contre les forces armées maliennes et des forces étrangères.
D’autres sujets de préoccupation pour la Coalition ont trait à la passivité de la communauté internationale qui joue de moins en moins son rôle d’arbitre, d’alerte et de témoin impartial de toute action de nature à freiner ou bloquer l’Accord pour la paix et la réconciliation ; à la su-renchère politique, voire politicienne, et au climat de suspicion permanent sur l’engagement réel des signataires et des autres acteurs à la mise en œuvre effective de l’Accord pour la paix et la réconciliation.
En outre, la Coalition que dirige l’ancien Premier ministre, exhorte la classe politique malienne à un sursaut patriotique pour un dépassement de soi en privilégiant l’intérêt supérieur de la Nation ; lance un appel à toutes les composantes de la Nation, à tous les partenaires et à tous les amis du Mali pour un soutien à la force du G5 Sahel dont notre pays assure la présidence en exercice.
Enfin, conformément à ses idéaux, la CCASC-PURN s’engage à consolider toutes les initiatives visant la défense de l’intégrité territoriale du Mali, de l’unité nationale, de la laïcité et de son caractère démocratique, républicain, à contribuer à la construction d’une paix durable et au développement économique, social et culturel du Mali.
Maïmouna Sow


Source : Africatime

Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here