G5 Sahel : La coalition africaine Dette et Développement salue la naissance

La salle de conférence du musée national a servi de cadre, le mardi 25 juillet, à une conférence de presse sur le G5 sahel. Cette conférence était organisée par la coalition africaine Dette et Développement (CAD). Objectif : s’entretenir avec la presse sur les recommandations de l’atelier du 29 juin dernier. Elle était animée par le Directeur Exécutif du CAD-Mali, M. Souleymane Dembélé.
Le Directeur Exécutif du CAD-Mali, M. Souleymane Dembélé a dans ses propos liminaires fait le point des recommandations du 29 juin dernier. C’est ainsi qu’il dira que la CAD salue l’avènement du G5 Sahel tout en restant vigilant sur l’extérieur. Suivant ces propos, les pays du G5 Sahel sont sous la tutelle de la France et des Nations Unies.
De l’avis de M. Dembélé, il y’a un fort contraste entre la présence des forces étrangères au Mali et l’aggravation de l’insécurité. La CAD déplore le leadership de la Minusma et de l’union européenne sur les reformes de la sécurité. C’est dans cet ordre d’idée, que la CAD demande le retrait progressif des forces étrangères que sont la Minusma et les forces Barkhanes du sol malien.
A l’en croire, la CAD déplore la manipulation des populations par les forces étrangères. La CAD exige la transparence des fonds mobilisés dans le cadre de la crise que connait le Mali. Concernant le financement de la force du G5 Sahel, la CAD Mali recommande la mobilisation des ressources locales et exige que le tiers du budget de la MINUSMA soit utilisé pour le financement du G5 Sahel. Par ailleurs, la CAD invite les pays membres à s’acquitter de leurs cotisations pour assurer l’autonomisation de la force naissante.
Sur la question de la révision Constitutionnelle, le principal conférencier dira que la CAD-Mali se prononcera sur la question le 2 août prochain.
A noter que la CAD est une coalition constituée de 103 associations. Elle a pour vision : un monde plus juste, solidaire dans lequel l’endettement se fera avec le consentement de la population. Par ailleurs, la CAD-Mali fait partie des organisations de la société civile qui n’hésitent pas à décrier, plaider ou interpeller les décideurs sur les politiques nationales et les accords internationaux.
Abdrahamane Sissoko

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here