Le ministre Mohamed Aly Ag Ibrahim en première Région : L’accélération du développement industriel et l’assistance des industriels au cœur des préoccupations du gouvernement

Le ministre a pris son bâton de pèlerin pour aller à la rencontre des industriels de cette région pour leur apporter le soutien de l’Etat
Afin de s'enquérir les difficultés et de voire l'évolution de leurs façon de travail des industriels et de leurs apporté le soutien du gouvernement, le ministre du Développement industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim, accompagné d'une forte délégation, a effectué du jeudi 20 au dimanche 23 juillet, une visite de 4 jours dans la région de Kayes. La délégation était composée des membres de son cabinet, des responsables des services centraux du département du Développement industriel.
Kita a été la première étape de la mission du ministre du Développement Industriel et sa suite. La délégation ministérielle été accueillie par le préfet du cercle de Kita, Sinè Dembélé, accompagné de plusieurs autres responsables de la gendarmerie, de la police et de la protection civile, entre autres.
Après les salutations d'usage, la délégation ministérielle, accompagnée du préfet s’est dirigée vers la zone industrielle de la capitale de l’arachide où elle a visité l'usine du Nouveau Moulin du Mali de Kita du Groupe ALCOMA-SA dont le promoteur est un indien. A l'usine du Nouveau Moulin du Mali de Kita. Le ministre et sa suite ont eu droit une visite guidée de l'usine conduite par le Promoteur directeur général, M. Rackess.
Lors des échanges avec le ministre, le promoteur directeur général, a expliqué que son usine est bâtie sur une superficie de 2 hectares. Avec un investissement de 1.800.000.000 FCFA. sa capacité de production installée est de 70 tonnes de farine de blé par jour et de 25 tonnes de son de blé par jour. Elle a effectif de 65 permanents.
Sous une forte pluie : Après Kita, le ministre et sa délégation ont quitté la capitale de l’arachide sous une forte pluie qui a bien arrosé la région, pour la ville de Kayes chef-lieu de la région.
A Kayes, le ministre et sa délégation ont été accueillis par le chef exécutif de la région, Baba Hamane Maiga.
Vendredi 21 juillet deuxième journée de la mission, le ministre Mohamed Aly Ag Ibrahim et sa délégation ont respecté la tradition. Ils ont rendu une visite de courtoisie aux notabilités de Kayes. A cet effet la délégation ministérielle s’est rendue à la mairie de la commune rurale de Liberté Dembaya, avant de se rendre dans la famille de chef de village de Diyala un quartier ou se trouve la nouvelle zone industrielle de Kayes.
Après les salutations d’usage, le Ministre Mohamed Aly Ag Ibrahim, s’est longuement entretenu avec le chef Bira Diallo, certains conseillers dont le représentant des jeunes. Ces derniers ont fait part de leurs difficultés par rapport à la zone industrielle, notamment des questions de purges domaniales. Le ministre, leur a promis que dans le cadre de la légalité, le gouvernement apportera des solutions idoines aux problèmes posés. « C’est avec intelligence que nous allons traiter les différends fonciers… » a-t-il assuré.
Le ministre a par ailleurs, parlé des revendications fondées sur le droit coutumier, qui seront gérées de façon intelligence jusqu'à l'adhésion totale de ces chefs coutumiers et les autres populations qui sont les exploitants réels de ces terres. « Alors, nous allons rester dans la légalité, mais nous allons gérer en intelligence pour que le projet de la zone industrielle de Kayes ne souffre plus de ce genre de difficultés », a souhaité le ministre Mohamed Aly Ag Ibrahim.
Rassembler l’ensemble des industriels : Le ministre et sa délégation ont ensuite convergé vers le site de la nouvelle zone industrielle de Kayes. Situé sur la route RN5 mènant à la frontière sénégalaise. Ils ont visité la zone industrielle de Kayes pour s'enquérir de visu l'état d'avancement de la zone industrielle. Une zone industrielle qui est bâtie sur une superficie de 150 hectares divisés en 5 grands secteurs à savoir: le secteur résidentiel, le secteur du commerce et services, le secteur PMI-PME, des grandes industries et des parkings.
Son objectif est de rassembler l'ensemble des industriels de la localité dans un même endroit idéal et confortable pour nos entreprises industrielles. A cette occasion le ministre et sa délégation ont également visité l’abattoir LAHAM INDUSTRIE SA, une première unité industrielle installée sur le site AZI de Kayes. A l'arrivée le ministre et sa délégation ont été accueillis par le Directeur général de l’abattoir, Mamadou Traoré. Après les salutations d’usage, place aux échanges entre le ministre et le DG de l’abattoir.
Cet entretien a permis à Mamadou Traoré de faire une présentation sommaire de sa société. Il a expliqué que sa société a démarré ses activités en juin 2015 avec un cout d'investissement de 3 milliards de FCFA. L’abattoir a une capacité de production de 70 tonnes de bovins par mois. Il a également évoqué des difficultés auxquelles sa société est confrontée. Il s'agit des contraintes liés à l'approvisionnement du marché du bétail; de l'exportation des animaux sur pieds vers le Sénégal; ainsi qu'à des contraintes liées à la commercialisation.
A l’issue de la visite, le ministre Mohamed Aly Ag Mohamed, a promis toute l’aide de son département à l’AZI-Kayes pour la promotion de son projet d’installation des industries. Au sortir de cette unité industrielle LAHAM, le ministre s’est réjoui de la qualité du travail abattu par le jeune DG, Mamadou Traoré et son personnel et instruit au responsable de l’AMANORM d’inviter l’entreprise au lancement du prix malien de la qualité prévu dans deux semaines à Bamako.
« Nous sommes aujourd'hui à Kayes pour visiter la zone industrielle de la localité. C’est, sous l'impulsion du Président de la République, que le Premier ministre, dans sa Déclaration de Politique Générale, s'est engagé à l'accélération du développement industriel dont nous avons la charge de l'opérationnalisation. Nous avons visité cette zone industrielle, nous avons compris que c'est un projet phare », a expliqué le ministre.
« Nous appelons tous les opérateurs économiques de Kayes et d’ailleurs, à nous aider dans la réalisation de cet important projet pour la ville de Kayes », a sollicité le ministre. Avant de lancer également un appel à tous les opérateurs économiques de Kayes, d'ailleurs et de la diaspora qui ont un projet de construction d’immeuble ou tout autre investissement de participer à la transition vers l'industrie.
Dans l’après-midi, le MDI et sa suite sont allés à la Direction régionale de l’Industrie sise Kayes N’Di. Après un tour d’horizon de ce vaste local, le ministre Ag Ibrahim ne s’est pas montré enthousiaste de ce qu’il a vu. Pour s’expliquer, le DRI a déploré, le manque crucial de personnel, de matériels de bureaux et roulants. Le locataire des lieux a aussi signalé l’absence de courant électrique et d’adduction d’eau.
Plus d’une centaine d’emplois : Auparavant, le MDI a fait un crochet, à Légal Ségou, dans une usine en cours d’installation qui produira bientôt, selon le promoteur Boubacar Doucouré, du fer à béton et de la tôles ondulées. Il est aussi passé dans une unité de restauration rapide « Pâtisserie DAHIRS », située à Kayes Liberté. Son promoteur Cheick Oumar Sidibé lui a fait part des difficultés que sa société rencontre.
Le samedi 22 juillet 2017, troisième journée de cette visite, le ministre et sa suite ont visité tour à tour, l'usine Stones installée à Sélinkegny. Cette usine est spécialisée de la production de carbonate de calcium 200 tonnes par jour, Sables de marbre (de carreaux de marbre) 600.00 m2 par an et de la chaux agricole. Le montant des investissements est de 1.600.000.000 FCFA. L'usine emploie 186 agents dont 150 permanents.
La mission a également visité l'Unité de production de chaux à Karaga de la Société "carrières et chaux du Mali" (CCM-SA). Cette unité de production de chaux et carrière existe depuis 2009. Dès sa création, selon le promoteur, la société s’est attelé à la mise en place de sa première usine appelée le Four à chaux de Karaga, une localité situé dans le cercle de Bafoulabe.
Sa capacité de production est de 100 tonnes par jour. Et une deuxième unité en phase d’installation qui sera inaugurée dans un mois, selon le promoteur. Cette deuxième usine est spécialisée de la production de dolomie pour l’agriculture et de carbonate de calcium pour l’alimentation du bétail et de volaille. Ces investissement s’élève à 20 milliards de FCFA, avec plus d’une centaine d’emplois crées. Les principales difficultés évoquées par les responsables de la société sont relatives à la fluctuation du prix du gasoil.
Le ministre Ag Ibrahim et sa suite ont aussi visité l’usine DIAMOND CIMENT Mali, située à Gangotery, dans la commune urbaine de Bafoulabe. Une usine spécialisée de production de ciment. Sa capacité de production est d’environ 30 000 tonnes par mois, avec un effectif total de 450 permanents.
Le ministre et sa délégation ont eu droit à une visite guidée dirigé par le PDG de la société par M. Motopartie. Dans l’entretien qu’il a eu avec le promoteur et le personnel le ministre, a attiré l’attention sur l’observation des mesures d’hygiène et de sécurité, ainsi que l’application stricte de mesure environnementale et sociale. «Cela fait appel à l’application intégrale de l’accélération du développement industriel de la Déclaration de la politique générale du Premier ministre », a expliqué le ministre. « Il faudrait que le climat social soit apaisé. Les industries sont pourvoyeurs d’emplois et nous ne voulons plus de tension dans les unités industrielles », a prévenu le ministre.
A Stones, le ministre s’est réjoui de découvrir une usine de meilleure qualité de marbre qui peut exister dans la sous-région. Avant d’appeler les maliens de l’intérieur et de la diaspora à s’inspirer du succès d’un malien de la diaspora qui est venu s’installé et de faire ce beau travail, en l’occurrence de Boura Diawara, PDG de l’usine Stones. « Nous voulons que ça soit ainsi, nous voulons que les maliens participent à la transition économique vers l’industrie », a-t-il laissé entendre.
Par rapport à l’usine Chaux et Carrières du Mali, le ministre n’a pas caché sa satisfaction face à la qualité de l’installation. Selon lui, l’usine Chaux et Carrières du Mali est une usine propre et respectueuse de l’environnement. A cet effet, il a félicité son promoteur Hady Ly, et son équipe pour le travail abattu.. « Nous avons vu l’intégration de cette unité industrielle dans les communautés riveraines, les autorités politiques et communales l’ont témoigné, voilà à quoi nous appelons les unités industrielles », a-t-il ajouté.
AMTouré
Envoyé spécial

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here