Projet d’appui aux métiers de la pierre : Bilan à mi-parcours

Lancé en septembre 2015, le PAMP a permis d’améliorer les conditions de vie des habitants de la région de Mopti, contribuer à l’insertion socio-économique des jeunes déscolarisés et des artisans du plateau Dogon, à travers le développement d’une offre de formation professionnelle et de renforcement de la production sur la filière valorisant les ressources du territoire
Sur financement de l’Agence française de développement (AFD) et autres, Acting for life a décidé d’accompagner les jeunes déscolarisés de la région de Mopti, à travers des formations. Ainsi, pour atteindre les groupes cibles et les zones de couverture du projet, tels que les cercles de Bankass, Bandiagara, Koro et Douentza, il a choisi comme correspondant local l’Ong Promotion pour le développement communautaire (PDCO).
Lancé depuis septembre 2015, le Projet d’appui aux métiers de la pierre (PAMP) prendra fin en août 2018. Avec deux ans d’exécution sur le terrain, les acteurs du PAMP ont fait le point des acquis enregistrés à l’occasion d’un atelier tenu les 24 et 25 juillet dernier à l’hôtel Onomo de Bamako.
A travers les acquis, le PAMP a contribué à la formation de 50 élèves pour l’obtention du Certificat d’aptitude professionnel (CAP) en maçonnerie. Les 26 meilleurs de cette promotion ont été également assistés pour le cycle de Brevet de technicien (BT2) en bâtiment en maintenant l’association avec la maitrise de modules de formation qualifiante aux métiers de la pierre.
Au-delà de la formation, le projet d’appui aux métiers de la pierre œuvre pour la mise en place d’un dispositif de suivi formation et insertion. Par rapport à la formation, l’objectif visé était de dépasser les indicateurs chiffrés tels que la réussite aux examens pour disposer de données qualificatives sur le ressenti et le parcours de formation. Quant à l’insertion, les élèves profitaient des week-ends et des congés pour chercher du travail. Chose qui a permis à certains de se faire de l’emploi, après la formation.
Pour le président de l’Ong PDCO, Amadou Guindo, le PAMP s’était fixé trois priorités à atteindre. Il s’agit de la formation et l’insertion des apprenants ; du renforcement des capacités des artisans afin d’accélérer leur insertion socio-économique et la reconnaissance de l’utilité du métier de la pierre à l’Etat et aux autorités politiques desdites localités.
Citant les acquis enregistrés, Il dira que le projet a contribué à former 100 élèves dont 47 ont décrochés le Cap de l’Etat et 20 le Bt1. Dans la même dynamique, pour l’année scolaire 2016-2017, 46 ont fait l’examen pour l’obtention du Cap et 20 pour Bt2. Toujours s’agissant d’acquis, par rapport à l’accompagnement du PAMP, une rue de la ville de Bandiagara de 410 m de longueur et 7 m de largeur a été réalisée et pavée. A ceux-ci, s’ajoute le renforcement des capacités des artisans en termes de production et de commercialisation de leurs produits.
Evoquant, l’assistance du projet Acting for life, la chargée de programme formation et insertion professionnelle en Afrique de l’Ouest, Johanne Castano dira qu’elle consiste à apporter un appui financier pour la scolarisation des enfants en situation difficile. Selon Mme Castano, le PAMP intervient pour détecter les compétences au niveau national et international sur la pierre pour faire des curricula de formation. Ce qui contribue à mettre en place un programme pédagogique.
De même, « Acting for life appuie les partenaires locaux dans la mise en œuvre et faire du plaidoyer au niveau institutionnel » a-t-elle avancé. Elle ajoute en disant que son organisation connue pour sa bienfaisance, crée des passerelles entre les pays et les institutions. Elle a aussi profité de notre micro pour remercier les Togolais et Béninois qui ont accepté de venir partager leurs expériences à Bamako.
La chargée programme formation et insertion professionnelle en Afrique de l’Ouest a aussi signalé que le projet d’appui aux métiers de la pierre sera exécuté pour un coût total de 608 411Euros. Dans ce montant, la contribution de l’AFD s’élève à 304 205 Euro, soit 50% de l’enveloppe globale. Le reste du fonds sera mobilisé à partir d’un appui financier d’autres partenaires au développement.
Diakalia M Dembélé

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here