Dr Modibo Soumaré, Président URP : Le président du parti URP, Docteur Modibo Soumaré se prononce sur la Situation actuelle du Mali

Le Pouce : le Mali connait une situation critique. Pensez-vous que le Pays est au bord du précipice ? Si oui comment et qu’est ce qu’il faut faire ?
Dr Modibo Soumaré : « Je dis que nous sommes dans un pays de radicaux : l’opposition radicale, le parti au pouvoir radicale pour la mouvance présidentielle. On a l’impression que les hommes politiques ne se rendent pas compte de l’état de notre pays. Et depuis 2012, je suis entrain de dire qu’il faut dépasser les clivages politiques pour sauver d’abord l’essentiel. L’essentiel c’est notre intégrité territoriale, notre unité nationale, c’est être fier d’être malien. Nous sommes dans un pays où tout est désorganisé, où le tourisme est mort où l’économie bat de l’aile. Au même moment, on n’arrive pas à se mettre d’accord sur l’essentiel. Le referendum, ce n’est pas élire un président ou élire un député, c’est faire un texte qui prend en compte les besoins vitaux de notre pays. L’accord d’Alger, n’est pas un accord parfait. On veut aujourd’hui trouver des textes qui nous permettent de corriger les imperfections de l’actuelle constitution. Tout le monde sait que pendant la transition on a marché à coté des textes de notre pays. On veut corriger et prévenir de telle démarche qui peut arriver. Aujourd’hui l’Etat du Mali est telle que la communauté internationale n’est plus prête à venir s’assoir et prendre le Mali comme l’enfant gâté du monde et vouloir résoudre tout le problème. Si jamais on continu à travailler à ce qu’il ait une descente en enfer du pays, tout le monde va nous abandonner. La Somalie et la Centre Afrique seront mieux que nous. Il faut les gens prennent justement la mesure de l’urgence. J’ai l’impression que pour être écouter aujourd’hui, il faut faire une petite vidéo sur Facebook, insulter la République pour être une Star. Il faut qu’aujourd’hui aller tirer sur quelqu’un pour être star. Je dis qu’il faut arrêter, il faut tirer la sonnette d’alarme pour dire aux maliens que nous ne sommes pas les meilleurs du monde. Et on n’est pas le pays ou les gens viendront chercher leur sécurité ? Il faut arrêter tout cela et s’assoir pour dialoguer, faire du referendum une fête et non un point de discorde ».
Le Pouce : Qu’est ce que vous préconisez pour éviter ce chaos ?
Dr Modibo Soumaré : « La question du referendum doit dépasser le clivage politique. Il ne s’agit pas de dire un président de la République. Il y a des imperfections dans ce projet de constitution. On l’a dit en conférence de presse qu’il ne s’agit pas du président IBK, il s’agit du Président du Mali jusqu’à la fin des temps jusqu’à une nouvelle constitution. Je me vois mal dire que le président de la République va être le plus sage. Nos présidents ne sont pas des exemples de sagesse malheureusement. Si on les laisse tous les pouvoirs dans leurs mains, ça peut être dangereux. Est ce que le Mali a les moyens nécessaire aujourd’hui pour financer un sénat ; est ce que c’est nécessaire. Est ce qu’on ne peut pas mettre une dose de proportionnelle au niveau de l’Assemblée Nationale. Au lieu de 147 députés on arrive à 180 et que les autres soient choisis sur le proportionnel. Est-ce que cela n’est pas mieux que d’aller créer une autre chambre budgétivore et pour quel résultat ? Est-ce que les sénateurs vont rendre la démocratie plus vivante au Mali ? Je n’y crois pas du tout. Que les uns et les autres reviennent sur de meilleurs sentiments qu’on s’asseye, qu’on dialogue, qu’on écrit une constitution digne des maliens et qu’on regarde. Arrêtons d’aller donner toute notre économie à l’international.
Entretien réalisé par Tiémoko Traoré

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here