Consultation référendaire : IBK décide de briser la glace

En milieu de semaine dernière, en effet, le chef de l’Etat a entamé une série de pourparlers avec les leaders politiques, une démarche longtemps entamée mais aussitôt interrompue par lui avant même d’entrer dans la tradition. Et il nous revient de sources concordantes, que c’est bien à la demande du locataire des lieux que le chef de file de l’opposition, Soumlaïla Cissé, a effectué un passage à Koulouba pour un entretien dont rien n’a filtré pour l’heure. Dans la même veine, on note le passage d’autres acteurs politiques de la majorité auxquels le chef de l’Etat a confié ne pas se trouver dans une logique de renoncement au projet référendaire où il les a embarqués. Il est néanmoins loisible de s’entretenu avec le front anti-référendaire. A l’approche autoritariste et agressive à friser la méprise des forces adverses, le président de la République a visiblement choisi de substituer le chemin du dialogue plus approprié d’autant qu’il est susceptible de déboucher sur un minimum républicain, la convergence vers un minimum patriotique. Une approche d’autant plus salutaire que les clivages et tiraillements autour de l’accessoire pèsent si lourdement sur les chances de recouvrer la stabilité comprendre qu’IBK ne se trouve pas non plus dans la logique du passage en force et du ping-pong de défis jusqu’ici du pays, l’intégrité territoriale et une souveraineté nationale qui avaient commencé à lui filer entre les doigts dans des circonstances similaires. Reste à savoir si une simple entente entre composantes de la classe politique suffira pour calmer les ardeurs d’un mouvement assez solidement implanté dans la société civile. Et dont les motivations sont probablement sociales que politiques.

Abdrahamane Keita

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here