Accident de la délégation malienne: les éclaircissements du ministre des sports

Joint par nos soins, le lundi et hier-mardi, le ministre des sports, Housseini Amion GUINDO, a déploré l’accident de l’un des cars transportant une partie de la délégation malienne qui revenait des Jeux de la Francophonie. Il a aussi confirmé que des procédures sont en cours en vue d’assurer le retour de nos cadets et le reste de la délégation par vol au plus tard demain sur fond propre du ministère des Sports.
De retour des compétitions des Jeux de la Francophonie, tenus du 21 au 30 juillet dernier à Abidjan, l’un des cars transportant une partie de la délégation malienne a fait un accident. Parmi les passagers, il n’y a eu aucun blessé ni de perte en vie humaine. Par contre, un vendeur ambulant du village, où l’accident est survenu, a été grièvement blessé.
Les éclairages du ministre
Après l’incident, le ministre des Sports, que nous avons pu joindre au téléphone le lundi dernier dans la soirée, a rappelé les circonstances dans lesquelles l’accident est survenu.
Selon lui, l’accident est intervenu à la suite de la crevaison de pneu de l’un des trois cars transportant des athlètes. Il a déploré cet incident de parcours, avant de souhaiter prompt rétablissement au jeune qui a fait les frais de l’accident.

Aussi, a-t-il confirmé, l’information selon laquelle que suite à cet accident les passagers dudit car ont retourné à Abidjan pour emprunter un nouveau véhicule. A ce sujet, a-t-il rappelé, le ministre ivoirien en charge de la Francophonie s’est proposé de prendre en charge le retour par vol des cadets. Toute chose, nous a fait savoir le ministre des Sports, qu’il a refusé au motif que l’Etat se devait de traiter tous ses fils au même pied d’égalité.

«J’ai refusé que le ministre ivoirien prenne en charge les frais de transport par vol de nos cadets. J’ai dit à mon homologue ivoirien que ces jeunes vont rentrer au pays dans les mêmes conditions que les autres athlètes. Aussi, je lui ai fait savoir que le Mali ne manque pas 6 millions de FCFA pour payer le transport par vol des cadets. C’est donc par principe d’équité et d’égalité que nous voulons qu’ils viennent par car comme les autres. Sur les 8 médaillés, il y a 6 qui sont venus par car. Est-ce que nous devons soustraire les cadets des autres membres de la délégation et les mettre dans un avion ? Je dis non. J’ai refusé cette proposition pour éviter des frustrations au sein de la délégation sportive et culturelle qui était à cette 8e édition des Jeux de la Francophonie et de montrer au ministre ivoirien en charge de la Francophonie que ce n’est pas un problème de moyen», a expliqué Housseini Amion GUINDO.
Pourquoi la délégation malienne a opté pour la voie terrestre?
Le ministre s’est aussi défendu des critiques sur des réseaux sociaux prétextant cet accident par une mauvaise organisation de la participation de la délégation malienne aux activités de rendez-vous sportif et culturel regroupant des pays qui ont en commun la langue française.
« Les conditions de voyage ont été déterminées par une commission mixte chargée de la participation du Mali à cette 8e édition des Jeux de la Francophonie. Et tous les acteurs et responsables savaient que nos représentants allaient partir et retourner par cars. C’est parce qu’aujourd’hui qu’il y a eu un accident que des voix s’élèvent pour décrier la démarche. Mieux, ce n’est pas la 1ere fois que nos sportifs partent en compétition dans la sous-région par car. Je rappelle que nos cadets ont été au Niger et au Burkina-Faso par car. Aussi, pour une participation massive des Maliens à ce rendez-vous, il a été décidé d’aller par la route», a indiqué le ministre des Sports.

C’est pourquoi, a-t-il fait remarquer le Mali était fortement représenté lors de ces Jeux. Par conséquent, estime le ministre, on ne peut pas vouloir une participation massive avec 106 millions de FCFA et se permettre certains luxes.
De même notre interlocuteur a saisi l’opportunité pour apporter des précisions relatives à certaines informations de nature à discrétiser sa personne. Il a dit que contrairement à des informations données par ci et là, ce sont 106 millions de FCFA qui ont été déboursés par Etat pour la prise en charge des 130 personnes de la délégation malienne. Cette somme est repartie de façon suivante : 78 millions de nos francs pour le Sport contre 28 millions pour la Culture.

« Il y a une commission qui a été mise en place pour gérer cette somme. En tant que ministre, je ne gère rien de tout cela. Il faut que les gens se rassurent que le ministre ne gère pas un franc de l’argent alloué à la participation du Mali aux Jeux de la Francophonie. Je pense que nous devons donner le temps à cette commission de venir faire le compte-rendu. S’il y a de l’argent qui n’a pas été utilisé comme d’habitude, ce sera reversé au compte de l’Etat. Ce que les gens ne savent pas, toutes les dépenses comme le regroupement des athlètes, l’équipement des équipes ont été piochées dans ces 106 millions de FCFA », a-t-il clarifié.
Le retour par vol des jeunes financé par le ministre des Sports
Le lendemain, hier mardi, alors que le car était prêt pour le retour, nos cadets ont refusé d’y rentrer. Ce refus est interpellé par le ministre des Sports comme une instrumentalisation des jeunes par un responsable de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT) qui avait demandé de l’aide à la Francophonie, au nom de la solidarité internationale, afin que les enfants puissent rentrer au pays par avion.

«Ça ne m’étonne pas que ces jeunes ont refusé ce matin (ndlr hier mardi) de rentrer dans le car pour leur retour au pays. Depuis Bamako, il y a des gens qui sont en train de les instrumentaliser», accuse le ministre des Sports.
Ainsi, le ministre nous a confié qu’on lui a envoyé un rapport d’un psychologue qui confirme que les jeunes ne peuvent pas voyager par car ; pas avant une semaine ; à défaut ou soit changer de route ou de moyen de transport.

« Quand j’ai reçu ce rapport, j’ai finalement décidé de prendre en charge les frais de transport par vol du reste de la délégation malienne qui se trouve en Côte d’ivoire. J’ai pris cette décision aussi afin d’éviter que l’image de notre pays ne soit salie. En tout, c’est une quarantaine de personnes qui sont concernées par cette situation. En tous cas, le ministère des Sports est en train de travailler afin qu’ils rentrent au pays le plus rapide possible et nous allons gérer le reste en famille. Au plus tard demain, ils seront à Bamako. Ce qui veut dire que nous refusons les billets de la Francophonie offerts aux cadets seulement», a expliqué le ministre des sports.
Par Sikou BAH

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here