Réfugiés, l’agenda secret d’Emmanuel Macron au Sahel

Les mesures prises en France pour lutter contre l’immigration illégale constituent un inventaire à la Prévert qui transpire le souffre et la peur. Depuis une décennie, il y eût pêle-mêle – et pour ne citer que les plus polémiques- la création du Ministère de l’immigration et l’identité nationale sous Sarkozy, les aides au retour vers les pays de l’Est qui aidaient surtout à revenir vers l’hexagone, la réforme contestée du droit d’asile en 2015…

La dernière proposition en date a marqué les esprits par son audace poussée à l’extrême. La semaine dernière, en parallèle de « son » sommet sur la Libye, Emmanuel Macron a annoncé la création au cours de l’été de hotspots (ou centres avancés) de traitement des demandes d’asile au sud de la Libye, au nord du Tchad et au nord du Niger. Bien loin des frontières françaises, où sont d’ordinaire examinées les requêtes de ce type.

Le Sahara sous contrôle

L’idée est ici de réguler les principales voies de migration clandestine à travers le Sahara. En effet, des dizaines de milliers d’africains – principalement originaires d’Afrique de l’Ouest ou de la corne du continent- empruntent les routes désertiques de l’exil, passant par Agadez au Niger ou à l’est de Faya au Tchad. Des centaines meurent de faim et de soif, abandonnés par les passeurs dans ces zones arides, où le thermomètre monte à plus de cinquante degrés le jour et descend en dessous de zéro une fois le soleil couché. D’autres, une fois arrivés en Libye, sont réduits en esclavage quand ils ne finissent pas noyés en Méditerranée.

Face à ce drame qui se répercute jusqu’en France où les plus « chanceux » échouent à Calais, Macron entend agir à la source. Il veut délocaliser des centres de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) au coeur du Sahara, dans ce triangle Tchad-Niger-Libye, eldorado de tous les trafics et de toutes les misères. Ainsi, les demandes d’asile seraient directement étudiées sur place, en à peine quelques jours. Les personnes éligibles à l’asile pourraient continuer leur chemin. Les déboutés seraient retournés vers leur pays d’origine sans avoir à prendre plus de risques.

Lire la suite sur: http://mondafrique.com/refugies-lagenda-secret-demmanuel-macron-sahel/


Source : Africatime

Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here