M. Yacouba Katilé, Secrétaire Général de l’UNTM à propos de la Loi contre l’enrichissement illicite : « C’est une loi qui a été imposée à l’Etat malien pour qu’il puisse bénéficier des décaissements »

61

« Nous n’avons reçu aucune plainte et aucune réclamation de la part du Syntade concernant la loi sur l’enrichissement illicite. Il n’y a aucun bruit au niveau de l’administration par rapport à ce sujet. Les intentions qu’on nous prête ne sont pas fondées », ainsi s’exprimait le ministre du travail de la fonction Publique, chargé des relations avec les Institutions, Mme Diarra Racky Talla, le mercredi 26 juillet dernier lors du point de presse organisé par le Ministre Porte-Parole du gouvernement. « Nous sommes surpris et stupéfaits que le ministre Diarra Racky Talla ait déclaré de tel propos », répondait le secrétaire général du Syntade et non moins secrétaire général de l’UNTM, M.Yacouba Katilé que nous avions rencontré pour la circonstance le mercredi 2 Août 2017.

Dans une décharge datée du 19 juillet dont nous avions reçu copie, le Syntade a effectivement envoyé des correspondances au niveau des ministères de tutelle et ampliation a été faite au ministre du travail, de la fonction publique chargé des relations avec les Institutions. A la question de savoir qu’est-ce que le syntade reproche à la loi ? M. Katilé répond « Nous ne sommes pas contre la loi et aucun fonctionnaire ne peut être contre une loi sur l’enrichissement illicite. Toutefois, nous sommes contre l’esprit de loi fondée sur la délation.

Ce qui est anticonstitutionnelle. La loi stigmatise les agents des services de l’assiette. Elle est basée sur le train de vie, ce qui est injuste et contraire à notre constitution et à la charte internationale des droits de l’Homme». Toute loi doit aller dans le sens de l’apaisement de la société et manifestement tel n’est pas le cas de la loi contre l’enrichissement illicite, a-t-il déploré. Et d’ajouter « il y a plusieurs structures de contrôle au Mali dont les peines vont jusqu’à la radiation. Si avec toutes ses structures de contrôles, on n’arrive pas à enrayer la corruption, ce qu’il y’a un manque de volonté politique.

Et avec tout ça, on veut créer une structure ». On veut tout simplement faire plaisir aux bailleurs de fonds, révèle M. Katilé. Lequel enfonce le clou « c’est une loi qui a été imposée à l’Etat malien pour qu’il puisse bénéficier des décaissements ». Sinon, les plus riches du Mali ne sont pas des fonctionnaires, tacle-t-il. Dans l’élaboration de la loi, explique M. Katilé, les partenaires sociaux n’ont pas été associés. Si nous avions été associés, il n’allait pas y avoir tout ce problème. Et nous n’avions reçu aucun document dans ce sens.

Abdrahamane Sissoko

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here