Office Central de Lutte contre l’Enrichissement Illicite : Un nouveau front en marche

Le ‘’nouveau bébé’’ du régime IBK fait déjà grincer des dents. En effet, le syndicat des travailleurs de la Douane et même le puissant UNTM ne sont pas d’accord avec les méthodes de l’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite. Concrètement les syndicats ne voient pas d’un bon œil l’obligation qui serait faite « unilatéralement » à tout fonctionnaire de déclarer ses biens. Si déclaration de biens il devrait y avoir, cela devrait concerner tous ceux qui sont au service de l’Etat, y compris les élus de la nation que la mesure ne devrait pas frapper en l’état.
Il faut dire que l’observation des syndicats est justifiée, car viser une seule catégorie des serviteurs de l’Etat, en exemptant les autres, est une mesure purement discriminatoire. Les syndicalistes voient dans la mesure un moyen de chantage futur sur tout fonctionnaire qui ne se soumettrait pas à la volonté de la classe dirigeante. Ce risque est d'autant probable qu’il n’y avait aucune nécessité de créer une « structure de plus » en matière de contrôle.
Que ce soit le Casca ou le Vérificateur Général, ce n’est pas faute d’avoir bien travaillé qu’on ne perçoit pas les résultats de la lutte contre la corruption. C’est parce que leurs rapports sont simplement mis dans le tiroir, d’autant plus que les personnes mises en cause ne peuvent être que de la sphère au pouvoir. Au contraire, des présumés responsables de corruption n’ont jamais été confrontés à la justice. Combien de scandales financiers ont-ils éclaté ces dernières années sous le régime IBK et combien de procès ont-ils eu lieu ?
Les dossiers ‘’Achat de l’avion présidentiel, Equipement de l’armée, Engrais frelaté, Tracteurs surévalués…’’ pour ne citer que ceux-là, car il y en a plein. Les pertes et autres manques à gagner s’élèvent à des dizaines voire des centaines de milliards de francs CFA. Le président dit avoir remis tous les dossiers à la justice, qui rétorque n’avoir rien reçu. Qui croire ? Dans tous les cas, le premier responsable devant le peuple, c’est celui auquel le peuple a donné mandat de prendre en charge sa destinée.
Par ailleurs, le gouvernement a pris une mesure donnant l’exclusivité de la désignation des Directeurs des finances et du matériel au ministre des Finances. Certains ont applaudi tôt, avant de vite déchanter.
S.H

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here