Révision Constitutionnelle : La Plateforme ‘’AWO A BEKE’’ pour le ‘’OUI’’

Composée de 44 associations, une nouvelle plateforme dénommée ‘’AWO A BEKE’’ a vu le jour, le samedi 29 juillet 2017, au Carrefour des Jeunes de Bamako. Cette plateforme se donne comme objectif de sensibiliser et mobiliser les Maliens à aller voter ‘’OUI’’ à l’élection référendaire. Telle est la quintessence d’une conférence de presse animée par M. Abdrahamane Kelly (le Président de la plateforme) et Dr. Issiaka Sidibé(le porte-parole).

La plateforme ‘’AWO A BEKE’’ a été portée sur les fonts baptismaux la semaine dernière. Composée de 44 associations, elle a pour objectif de sensibiliser et mobiliser les Maliens à voter ‘’OUI ‘’ pour le projet de révision constitutionnelle, portant révision de la Constitution du 25 février 1992. Son président M. Abdrahamane Kelly, a invité la jeunesse malienne à faire un libre choix démocratique, à aller vers l’information, et faire preuve de cohésion sociale autour de l’intérêt supérieur de la nation en évitant de se laisser manipuler. Selon lui, la solution n’est pas d’inciter les gens à une révolte sociale infondée, ni de mettre fin à une démocratie durement gagnée par le peuple malien. « Nous, nous avons décidé de sortir de l’inaction, raison pour laquelle, nous avons initié cette plateforme après avoir constaté que tous les jours sur les medias, les réseaux sociaux, des indignations à propos de notre pays. Des élus, des ministres, même le président de la République sont traités de tous les noms d’oiseau à cause de cette révision constitutionnelle » a-t-il déploré. Toute chose qui, dit-il, justifie la création de la plateforme ‘’Awo A békè’’ pour sensibiliser les Maliens dans toutes les régions du Mali.

Quant au porte-parole de la plateforme ‘’AWO A BEKE’’, Dr. Issiaka Sidibé, il a précisé qu’ils ne veulent défendre ni un parti politique, ni un mandat mais le pays. Avant de préciser que la création de cette plateforme intervient après une analyse sérieuse, une lecture approfondie et une comparaison de la Constitution de 1992, la loi de révision proposée par Alpha Oumar Konaré en 2001, celle proposée par ATT en 2011 et la loi proposée cette année par IBK.

Pour lui, après analyses la plateforme ‘’Awo A BEKE’’ est parvenue à la conclusion que la nouvelle Constitution proposée par le président Ibrahim Boubacar Kéita est meilleure par rapport aux autres. Par ailleurs, il a salué le président IBK pour avoir fait preuve de sagesse en reportant la tenue du référendum pour permettre une large sensibilisation des Maliens.

Dans la même dynamique, le conférencier a également tenu à éclaircir certains points de divergence par rapport au contenu de la nouvelle constitution proposée, tel que celui relatif à la création du Sénat.

Citant en exemple, la Côte d’Ivoire, il a déclaré que dans ce pays les leaders culturels et les chefferies traditionnelles ont un rôle officiel et jouent pleinement leur partition dans la vie de la nation. « Pourquoi chez nous au Mali les chefferies, les leaders religieux, les grandes personnalités ne pourraient-ils pas donner leur opinion sur les questions essentielles de la Nation? » s’est-il interrogé.

S’agissant de la prétendue question d’homosexualité (mariage homosexuel) pour lui ce débat n’a pas lieu d’être. Car dit-il le mariage est régi par le code des personnes et de la famille. « Au Mali le Maire qui aura le culot de célébrer un mariage entre personnes de même sexe n’est pas encore né, et il n’y a pas de mairie pour ça » a-t-il fait savoir.

Maïmouna Sidibé

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here