Elections législatives: Le Front de l’opposition sénégalaise au Mali accuse le président de la communauté Sally Samb de partialité… !

Le front de l’opposition composé de la coalition Gagnante Wattu Sénégal, de la coalition And Suxali Sénégal, de la coalition Mankoo Taxawu Sénégal, du Mouvement Citoyen 15 et autres coalitions ont organisé, le samedi 05 Août 2017, un point de presse. Après avoir rendu publics les résultats des élections législatives du 30 juillet 2017 en conformité avec ceux de l’Ambassade du Sénégal au Mali, ils n’ont pas manqué de dénoncer les exactions du parti au pouvoir et la partialité du président de la communauté sénégalaise au Mali, Sally Samb. A les en croire, ce dernier a aidé « le pouvoir au détriment de l’opposition ».
Office central de lutte contre l'enrichissement illicite: COMMENT REMPLIR SA DÉCLARATION DE BIENS ?

Pour veiller à la transparence, à la fiabilité de l’information et à la régularité des opérations postélectorales, les membres de l’opposition ont fait front commun. Ils ont décidé de s’ériger en défenseur pour riposter contre la manipulation des voix. Grace à leur détermination, ces hommes et femmes incorruptibles ont investis les centres de vote à travers le Mali, le 30 juillet dernier, pour dire non aux excès et dérives du pouvoir et ses alliés (Benno Bokk Yakkar). Ensuite après avoir traité et analysé l’ensemble des procès-verbaux des 19 bureaux de vote du Mali dont 13 dans la capitale, sur 8950 inscrits au Mali, le suffrage exprimé est de 4382 voix avec plus de la moitié des voix pour l’opposition. Pour la première fois dans l’histoire politique du Sénégal au Mali, l’électorat sénégalais du Mali a basculé dans l’opposition. En suffrage direct, le front de l’opposition comptabilise 2262 voix soit 51,6% contre seulement 2120 voix soit 48,3% pour la coalition Benno Bokk Yakkar.
En dépit de toutes les précautions prises par les membres du front de l’opposition, plusieurs incidents sont à déplorer dans les différents centres de vote. Il s’agit entre autres : du manquement relatif à la rétention des cartes d’électeurs, du nombre exagéré de cartes de mandataires accordées à la coalition Benno Bokk Yakkar pour le seul centre de vote de Bamako par l’ambassade du Sénégal au Mali bafouant ainsi la loi électorale, du refus flagrant d’accepter les repentants de coalition dans les bureaux de vote à l’ouverture du scrutin, de l’absence de certains bulletins dans les bureaux de vote, de la partialité des présidents de bureaux de vote, de la perturbation du processus engendrée par les agents de l’ambassade du Sénégal au Mali qui se baladent dans les bureaux comme bon leur semble, de l’acceptation des détenteurs de récépissé à voter sans être validés sur les listes électorales entre autres.
Un autre fait grave enregistré a été la partialité du président de la communauté sénégalaise au Mali, Sally Samb. Sachant que l’occupant de ce poste doit être apolitique, selon le front, il a contredit la loi édictée en soutenant bec et ongle le parti au pouvoir contre l’opposition. Cet acte infâme est condamné par le front de l’opposition qui espère une sanction exemplaire pour ce dernier.
A noter que deux (2) départements de l’Afrique de l’Ouest n’ont pas pris part aux élections du 30 juillet pour cause de listes incomplètes. Il s’agit de la Côte d’Ivoire et du Ghana. Selon l’opposition, l’élection a été ‘’ intentionnellement sabotée dans ces localités par le pouvoir en place’’.
Cheickna Coulibaly

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here