Courrier des inities : Lettre à Boubou

Salut mon cousin, j’espère bien que tu n’as pris position dans cette guerre entre le oui et le non autour de la révision constitutionnelle. Visiblement les partisans du non semblent être plus nombreux à Bamako que dans les provinces où le oui draine des foules. Tout ça c’est hoba hoba attendons de voir le résultat des urnes. Avec la débauche d’énergie autour de ces deux mots, j’ai compris que les politiciens sont peu soucieux des maux qui minent la République à commencer par la corruption. Imaginez que chacun des camps ait investi 50% des efforts pour exiger la lutte contre la corruption, le pays s’en sortirait meilleur, mais voilà que des sommes colossales sont investies pour mettre en mouvement souvent des individus peu recommandables en faveur du oui ou du non au moment où l’écrasante majorité de la population au nom duquel tout se dit se plie à quatre pour gagner le quotidien.

Cher cousin, ceux qui avaient juré qu’on n’allait pas cultiver cette année dans le delta devront réviser leur copie car les cultures se sont installées même si le rythme n’est pas comme à l’accoutumé. Dozoba et les siens ont mis de l’ordre en tenant à distance respectable ceux qui vivent du désordre. Tout ça devrait nous faire réfléchir quand des groupes autres que l’Etat assurent la sécurité collective.

Cher cousin, les résultats du bac sont sortis deux fois cette année et la région du Meguetan a brillé par les incongruités. Ce qui m’a énervé, c’est qu’on n’a ni tête tranchée ni bouche fendue. Pire les indélicats ont eu le soutien de nos parents qui à travers un communiqué laconique et irresponsable ont cautionné le drame dont a été victimes les enfants. Il est dit que l’âge provoque le disfonctionnement du cerveau mais le rôle que le vieux TD vient de jouer est indigne d’un enseignant même dans un pays où le voleur est couronné roi.

Cher cousin avant de te quitter je t’informe que des émissaires se disant au service de Zantèguèba nous ont rendu visite. On sent à travers leur propos qu’il navigue entre le chantage et la main tendue. Quelque soit leur statut nous leur avons fait comprendre que Zantèguèba au lieu de s’occuper de nous devrait plutôt regarder sur ses orteils car ceux qui se préparent est pire encore et que nous avons plus à faire .

Envoie moi des moutons car les prix ont l’assesseur à cause de l’insécurité résiduelle, je te quitte et à la quinzaine prochaine.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here