Coopération Mali/ Burkina Faso : Des plants pour la commune VI

Le e maire de la commune VI du district de Bamako monsieur Alou Coulibaly, a présidé samedi, à Dianèguèla, le premier plant de reboisement, dans la cadre de la célébration, de la 57è anniversaire du Burkina Faso au Mali. C’était en présence de l’ambassadeur du Burkina Faso au Mali, monsieur Kodio Lougué et du représentant spécial du secrétaire général des nations unies au Mali.

Cette journée de reboisement s’inscrit en droite ligne du partenariat de la communauté burkinabé avec les autorités du Mali. A cette occasion, la commune Vi du district, a été choisi, pour abriter cette cérémonie. Elle était présidée par le maire de la Commune Alou Coulibaly.

A cet effet, nombreux sont les ressortissants du Burkina Faso, qui ont pris part à cette cérémonie, parmi lesquels des représentants du contingent burkinabé de la mission multidimensionnelle intégrée des nations unies pour la stabilité au Mali(MINUSMA). Pour l’ambassadeur du Burkina Faso au Mali Kodio Lougué, cette activité n’est pas la première au Mali, pour l’Ambassade du Faso. Selon lui, pour apporter sa contribution à la lutte contre cette dégradation de l’environnement, l’ambassade du Burkina Faso au Mali, organise chaque année et cela, depuis une dizaine d’années, un reboisement sur un site déterminé par les techniciens du ministère de l’environnement. Cette opération se fait par la collaboration des autorités et les associations burkinabés, au Mali. Il a saisi l’occasion, pour remercier les autorités du Mali, à travers le ministère de l’Environnement et de l’assainissement, le maire de la commune VI, les leaders religieux et coutumiers de la commune VI et la population du quartier de Dianéguela, qui abrite le site de plantation de cette édition. Pour le maire de la commune VI, Alou Coulibaly cette cérémonie est pleine de sens et d’intérêt pour la commune VI. Il s’agit, dit-il, de respecter une tradition initiée par les autorités burkinabés au Mali depuis plusieurs années. A l’en croire, c’est la deuxième fois que la commune VI bénéficie de cet élan patriotique du Faso au Mali. Et, d’ajouter que cet acte n’est pas étonnant, car dit-il, le Mali et le Burkina Faso entretiennent des relations fraternelles et de coopérations bilatérales qui datent longtemps. « Nous nous réjouissons de la marque de confiance à la commune VI » a affirmé Alou Coulibaly.

Le maire de la commune VI, a aussi fait savoir que la protection de l’environnement est une priorité au Mali comme au Burkina Faso. C’est pourquoi, ajoute –t-il, les autorités des deux pays mettent toutes les occasions à profit pour afficher leur détermination à lutter contre la désertification, un phénomène qui affecte la vie des populations. La célébration du 57è anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso, consacré à cette journée de reboisement, exprime non seulement, la volonté du peuple burkinabè de consolider une cohabitation pacifique avec les populations maliennes, mais aussi contribuer à la lutte contre la déforestation qui est un objectif commun. « Le couvert végétal est une ressource naturelle menacée » a indiqué le maire, avant de terminer par dire que la mairie de la commune VI en collaboration avec la direction nationale des eaux et forêts ne ménageront aucun effort pour protéger ces plantes qui contribueront au développement de l’écosystème et à la préservation de la nature qui donneront naturellement une bonne visibilité à la commune VI.

Faut-il, le rappeler, la ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable, Keïta Aïda M’bô, a procédé le samedi 22 juillet dernier, dans la forêt classée des ‘’monts mandingues’’, au lancement de la 23ème édition de la campagne nationale de reboisement.

Cette activité a été organisée par son département à travers la Direction Nationale des Eaux et Forêts. Le thème retenu cette année est : « les forêts nous protègent contre la déchéance, prenons soin des forêts en vue de garantir l’avenir des générations futures ».
Cette campagne, pour les autorités, s’emploiera non seulement à consolider les acquis antérieurs, mais également à mobiliser tous les acteurs autour des activités de lutte contre la désertification.
conformément à la vision du président IBK, le Mali s’engage à faire de l’économie verte et résiliente au changement climatique, une priorité nationale dont les programmes prioritaires prévoient entre autres, l’aménagement forestier pour la restauration des écosystèmes dégradés visant à reboiser 325.000hectares, la régénération naturelle assistée et la lutte contre l’ensablement et la protection des aires protégées sur 9 millions d’hectares.
«Si le lancement de la campagne de reboisement 2016 a eu lieu dans la forêt classée de Tienfala où 10 hectares ont été plantés et sécurisés, celui de cette année a lieu dans la forêt classée des monts mandingues située à 25 km de la capitale dans la commune rurale du Mandé où 2 hectares seront plantés à titre démonstratif par les invités. Un 3ème hectare sera planté spécifiquement par l’Association des Femmes Forestières du Mali dont l’opération nécessitera la mise en terre d’environ 1500 plants sécurisés par des grillages», avait précisé Aida M’Bo. Avant d’ajouter que les activités de la campagne concernent toutes les régions du Mali et impliquent les Institutions de la République, les départements ministériels, les collectivités, la société civile, les associations féminines, les jeunes et les privés en vue d’assurer à l’opération, une dimension plurielle, soutenue et étendue.

Karidia Dembélé

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here