Déguerpis des marchés: 440 magasins et 4 étals disponibles dès octobre prochain

La Chambre de commerce et d’industrie du Mali (CCIM) a pris à bras le corps le problème du recasement des commerçants touchés par l’opération de déguerpissement. Dans ce cadre, d’importants projets sont en cours de réalisation. Le président, Youssouf Bathily, a visité en milieu de semaine le chantier de construction des magasins de recasement à Darsalam.

Il était accompagné à l’occasion par le président du Syndicat national des commerçants détaillants du Mali (Synacodem), Cheick Oumar Sacko, du président de la Coordination des associations et groupements des détaillants, Harber Maiga, ainsi que par les membres de la commission ad hoc chargée de recenser les déguerpis. Il s’agissait d’identifier les sites de recasement et d’en définir les conditions. En effet, il y a huit mois, ils étaient des milliers de jeunes à abandonner leurs échoppes installées sur les voies publiques au nom de l’opération d’embellissement de Bamako à la veille du Sommet Afrique-France.

Il faut rappeler que ce fut en son temps un programme de démolition bien planifié, artère après artère, marché après marché, quartier après quartier. Il s’agissait de récupérer le domaine public, de revivifier les aménagements urbains et de rendre la ville plus propre, plus aérée, plus belle et, surtout, plus fluide pour la circulation tout en diminuant l’informel. Cependant, considérant l’impact social de cette opération, les autorités avaient invité les déguerpis à utiliser des espaces disponibles dans des marchés et aux halles et avaient promis la construction de nouvelles boutiques et échoppes à travers la capitale.

Malheureusement, aujourd’hui, la plupart des endroits libérés ont été envahis par de nouveaux occupants plus coriaces. En effet, la mise place des mesures d’accompagnement des déguerpissements, plus qu’une nécessité, est fondamentale vu le nombre des personnes concernées. Plus de 9000 personnes ont été recensées par la CCIM qui s’est proposée de viabiliser des sites pour les recaser. C’est ainsi qu’en collaboration avec les mairies des communes du district, elle a procédé à l’identification d’une quarantaine de sites pouvant être aménagés pour accueillir des magasins et des étals.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here