Journée académique de l’Ordre des médecins : Rappel de principes essentiels

A chaque occasion, le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) rappelle que la médecine est un sacerdoce (une vocation), que l’exercice de la profession médicale répond à des exigences, notamment le respect de l’étique et de la déontologie et que le bon médecin doit rester simplement professionnel (humain et respectueux du serment d’Hippocrate).
La Journée académique organisée par le CNOM, le week-end dernier à l’hôtel de l’Amitié, s’inscrit dans cette vision globale de sensibilisation et de formation des médecins. La cérémonie était présidée par le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Pr Samba Ousmane Sow, en présence du président du CNOM, Dr Lassana Fofana et de son vice-président Dr Djedi Kaba Diakité.
La médecine est un sacerdoce. Cette réalité de toujours doit sous-tendre tous les actes des professionnels de la santé, notamment les médecins, eux qui ont juré dans le serment d’Hippocrate d’être fidèles aux lois de l’honneur et de la probité et de donner leurs soins même à l’indigent sans exiger un salaire au-dessus de leur travail. Aujourd’hui, le CNOM entend amener les médecins à garder çà à l’esprit pour un meilleur exercice de la profession mais surtout une meilleure prise en charge des malades et autres usagers des établissements sanitaires. La Journée académique créé donc un cadre de concertation et d’échanges sur des préoccupations essentielles à l’exercice de la profession et à l’amélioration de l’exercice de la médecine et des soins.
Les thèmes, notamment le « Code de déontologie harmonisé de l’Organisation ouest-africaine de la santé (OOAS) », « Le financement de la santé », « La problématique des soins », « Les broncho-pneumopathies chroniques obstructives » et « Les arthroses », attestent de l’urgence et de la nécessité de répondre aux défis majeurs de la santé dans notre pays. Les nouvelles autorités sanitaires s’inscrivent dans cette vision et entendent mettre à contribution les différents ordres professionnels afin d’amener les professionnels de la santé à se mettre exclusivement au service de la bonne cause, c’est-à-dire celle des malades. Le président de la Commission d’organisation de la Journée académique du CNOM, le Dr Sidi Ibrahim Daffé a rappelé, la nécessité de la mise à niveau des compétences professionnelles parce que les thèmes interpellent de plus en plus les médecins. Il a aussi souligné que face à des malades de plus en plus informés et exigeants, l’urgence est d’entretenir les compétences de façon à remplir le contrat avec les malades. « Nous devons respecter nos confrères et les malades. Ainsi nous serons dignes de respect et d’estime de soi », a conclu le président de la Commission d’organisation. Le Dr Lassana Fofana, a relevé que l’Ordre des médecins a mission de service public. Il a vocation de faire respecter l’étique et la déontologie de la profession médicale et a dans ses prérogatives d’assurer la valorisation de la profession. Pour lui, cette Journée académique s’inscrit dans le continuum du programme de formation de l’Ordre des médecins. Il a rappelé un principe sacro-saint du médecin : ne jamais nuire à priori comme c’est enseigné par Hippocrate. Se prononçant sur le financement de la santé, le président de l’Ordre a expliqué que ce financement pose l’équation d’une gouvernance nouvelle au profit de l’ensemble des secteurs de la santé. Pour lui, une harmonisation des stratégies s’impose à toutes les nations pour faire face aux enjeux sanitaires.

Quant au ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, il a salué l’initiative de l’Ordre des médecins qui intègre la vision de son département. C’est ça le rôle des ordres professionnels, des syndicats et associations d’œuvrer à sauver des vies humaines, notamment celles des malades.
Samba Ousmane Sow a demandé aux ordres professionnels de veiller à l’application des projets de lois qui ont été adoptés. Il a également requis l’amélioration des conditions de travail des différents ordres professionnels. Enfin, Sow, il a souhaité que les recommandations de la journée lui soient remontées pour être traduites en actes concrets.
Rappelons que l’exercice de la médecine doit se faire dans un cadre légal, régulé par l’Ordre des médecins. Il y a nécessité et urgence d’améliorer les soins dans nos différents établissements et les comportements de nos médecins.
Bréhima DOUMBIA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here