Lutte contre l’insécurité en 4e région : Les villageois s’organisent

Quand on parle d’insécurité au Mali, ce sont surtout les régions nord du pays qui sont réputées pour la vivre au quotidien. Mais en réalité, cette insécurité s’est instaurée partout dans notre pays avec pour conséquences, des attaques à mains armées, vols et viols. Les habitants de la petite commune rurale de Baramandougou située dans le cercle de San (région de Ségou) ont ainsi décidé depuis quelques mois de se défendre, en organisant des patrouilles nocturnes. Comme eux, ceux de Mayarasso et kéra dans la même région.

Le village de Baramandougou est une petite commune rurale relevant du cercle de San.

Cette commune est fréquemment victime d’attaques de bandits armés, de braquages, de vols de bétails et autres biens.

N’en pouvant plus, les populations de Baramandougou ont décidé d’organiser quotidiennement des patrouilles nocturnes avec comme objectif, d’assurer la sécurité des villageois et de leurs biens, notamment le bétail.

C’est ainsi que, depuis maintenant 6 mois, ces villageois se sont organisés pour faire face à la situation.

« Nous avons décidé d’organiser ces patrouilles nocturnes, parce que des voleurs pénètrent chez les nous la nuit, volent nos animaux, avant de s’enfuir» explique Bourama, un habitant du village.

Selon lui, c’est presque tous les habitants du village qui participent à ces patrouilles nocturnes, à l’exception des femmes et des personnes âgées. « Nous avons 7 groupes composés chacun de 25 personnes. Nos patrouilles commencent chaque jour à 20 heures et prennent fin à 6 heures du matin.’’ Commente Bourama.

Question de stratégie nous explique-t-il, deux personnes sont postées au niveau de chaque sortie et entrée du village pendant que les autres sillonnent l’intérieur.

« Nous sommes constamment en contact. Si un cas de vol ou d’agression est signalé, les autres sont immédiatement informés », nous indique Bourama.

Pire ou mieux, nous précise notre interlocuteur, « la règle est aussi, qu’à partir de minuit, personne ne sort, ni n’entre dans notre village. Sauf en cas d’urgence’’.

Des mesures qui semblent porter ses fruits car, selon nombre de villageois de cette localité, les agressions, vols de bétail et d’autres biens sont actuellement rares dans le village.

« Les patrouilles se font à pied, et chaque élément y participe avec les moyens de défense dont-il dispose. Mais, c’est rare que nos hommes soient porteurs d’armes à feu,’’ précise notre interlocuteur.

En plus de Baramandougou, deux autres villages non loin, ont décidé de se défendre avec les mêmes méthodes.

Tout cela n’est pas mal en soi et l’initiative de ces villages doit être encouragée. A condition bien sûr que nul ne se rende justice.

Les patrouilles de ces villageois doivent être encadrées, par nos forces de défense et de sécurité de Mayarasso, de Kéra et …ailleurs.

Djibril Kayentao

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here