Attentat de Ouagadougou : pour le président IBK, « le temps de l’insouciance est terminé » dans le Sahel

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), en visite mardi au Burkina Faso pour présenter ses condoléances à son homologue burkinabè Roch Marc Christian Kaboré et au peuple du Burkina Faso après l’attaque terroriste de la nuit du dimanche 13 au lundi 14 août à Ouagadougou, a réaffirmé la nécessité d’unir les forces régionales contre le terrorisme.

Si Ibrahim Boubacar Keïta s’est rendu à Ouagadougou, c’est pour témoigner sa solidarité au « peuple frère du Burkina Faso » qui a été « violenté de la façon la plus brutale et sauvage », a déclaré le président malien à la presse réunie au palais présidentiel burkinabè.

« Cette douleur vive que ressent le peuple du Burkina, comme mon peuple du Mali, est l’une des raisons pour lesquelles nous avons estimé unir devoir nos forces, rassembler les moyens de tous ordres, humains, matériels et d’intelligence pour faire face à ce monstre hideux sans visage qui surgit d’on ne sait où mais déterminé à tuer et à massacrer comme on l’a vu ici à Ouagadougou », a poursuivi IBK.

Le président en exercice du G5 Sahel regroupant le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad a insisté sur la nécessité de l’union de tout le Sahel contre le terrorisme dans la région. Avant d’appeler à la vigilance. « Le temps de l’insouciance est terminé. Nous sommes obligés d’admettre que nous pouvons être agressés à tout moment. Nous devons donc faire preuve de la plus grande vigilance », a souligné le chef de l’État malien au côté son homologue burkinabé Roch Marc Christian Kaboré qui ne s’est pas exprimé.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here