Les Brèves – Référendum constitutionnel : Soumeylou Boubèye Maïga au charbon pour IBK

Le ministre Secrétaire Général de la Présidence, Soumeylou Boubèye Maiga est monté au créneau le dimanche soir dans une interview qu’il a accordée à la chaine panafricaine ‘’Africable télévision. Dans cet entretien, Boubèye comme l’appellent ses intimes a craché ses quatre vérités à la plateforme ‘’Anté A bana’’ dans un discours serin, empreint de respect et de fermeté.
Office central de lutte contre l'enrichissement illicite: COMMENT REMPLIR SA DÉCLARATION DE BIENS ?

De passage, il a égrené certains principes de la démocratie basée sur le débat, la contradiction, les interrogations légitimes sans violence ni haine. Aussi a-t-il rappelé qu’un Président démocratiquement élu ne peut pas accepter un ultimatum de quelque force politique qu’elle soit. Il a par ailleurs persisté et signé que notre pays ne va pas faire l’économie d’une révision de notre constitution. En clair, SBM est un homme courageux qui réaffirme ses positions quelles que soient les circonstances et les conséquences. Il est l’un des rares responsables de la majorité, avec Younous Dicko et le ministre Housseini Amion Guindo à accepter d’aller au charbon pour IBK.
==============================================
Primature : Le conseiller spécial de Tiébilé Dramé nommé chargé de mission
El Moctar Kounta, ami personnel de Tiébilé Dramé, conseiller spécial de ce dernier, membre du comité directeur du PARENA, vient d’être nommé chargé de mission à la primature.
Ancien diplomate, ex-directeur de publication du journal « Le Républicain » dont le propriétaire n’est autre que Tiébilé Dramé, El Moctar Kounta a su séduire, malgré ses positions politiques, le Premier Ministre Abdoulaye Idrissa Maïga. Sommes-nous dans une duplicité ou dans un centralisme démocratique ? Disons de l’entre deux chaises ?
==============================================
Changements climatiques : Bamako peaufine la position africaine sur l’accord de Paris
Le Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maïga, a présidé le mardi dernier à l’hôtel de l’Amitié les travaux de la rencontre des points focaux africains de la convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Pour Abdoulaye Idrissa Maïga, notre pays est honoré de la qualité du travail collectif au cours des deux dernières années de sa présidence du groupe des négociateurs africains sur les changements climatiques. Pour la mise en œuvre cohérente et équilibrée de l’Accord de Paris, le Premier ministre explique qu’il est essentiel que l’Afrique avance dans l’unité.
Selon lui, c’est la seule stratégie pour notre continent d’en tirer le meilleur bénéfice. Pour ce faire, le Mali doit attirer l’attention des uns et des autres sur la problématique de l’adaptation qui demeure une priorité pour l’Afrique. En effet, les pays africains ont souligné l’importance du soutien nécessaire pour assurer une adaptation adéquate. Les coûts sont énormes pour l’Afrique si l’on s’en tient au deuxième rapport sur les besoins d’adaptation de l’Afrique. Ce document indique que les coûts pour l’Afrique pourraient atteindre 50 milliards de dollars par an d’ici 2050 dans un scenario d’augmentation de la température en dessous de 2°C et que ses coûts pourraient doubler à 100 milliards par an.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here