Plateforme An Tè À Bana – Touche pas à ma Constitution : Entre report de la marche et nouvel ultimatum

Après sa rencontre avec les leaders religieux, la Plateforme « An Tè À Bana – Touche pas à ma Constitution » a, lors de son assemblée générale du mardi 15 aout 2017, a décidé de reporté sa marche du mercredi 16 aout. Cette marche était destinée à remettre au président de l’Assemblée nationale une déclaration de mise en accusation devant la Haute Cour de Justice du Président de la République pour haute trahison.
Mais la plateforme n’a pas cesser de brandir sa menace car, elle entend marcher le samedi 19 aout prochain suivant le même itinéraire si le Président ne retire pas purement et simplement le projet de révision constitutionnelle. Elle espère que le délai du samedi 19 permettra de d’obtenir du Président de la République l’abandon du projet de révision constitutionnelle. Ce qui est en réalité un nouvel ultimatum comme si la médiation des sages n’a rien servi.
Pour expliquer l’opinion nationale sur cette nouvelle menace, les responsables de la plateforme étaient hier mercredi à la Maison de la Presse. Le conférencier principal, le vice-président de la plateforme, honorable Amadou Thiam a tout d’abord indiqué que c’est sur demande des familles fondatrices de Bamako et les leaders religieux que la plateforme a accepté de surseoir à sa marche du mercredi 16 et la remettre au samedi prochain.
Il a fait savoir que le sursis annoncé par le chef de l’Etat sur demande des notabilités n’est pas l’idéal recherché par la plateforme. Il a insisté qu’à leur tour ils ont demandé aux notabilités de s’employer d’avantage pour que le Président de la République retire purement et simplement son projet par une adresse à la nation. Pour la plateforme, c’est une grande concession qui ainsi faite par respect pour les autorités traditionnelles et religieuses.
Rappelons que le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, avait prévu une rencontre avec la « Plateforme An tè à Banna » en début de semaine dont les échanges doivent porter sur le projet de révision constitutionnelle. L’information avait été donnée jeudi dernier, le jour même du lancement de l’ultimatum par le ministre secrétaire général de la présidence, Soumeylou Boubèye Maiga.
DK
=====================================
Agenda 2063 de l’UA et les ODD en prélude de la COP23 : la jeunesse malienne ouvre le débat
La salle de conférence de l’Ex-Cres de Badalabougou a servi de cadre, hier mercredi, à l’ouverture des travaux d’un forum de trois (3) jours de la jeunesse malienne sur l’Agenda 2063 de l’UA et les ODD en prélude de la COP23. Il est organisé par l’Association Climates-Mali en partenariat avec le Projet ASNACC/PICP de la GIZ. C’était sous le parrainage de Mme Keita Aïda M’Bo, ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable. La rencontre a pour thème : « la jeunesse malienne au centre de la recherche de solution pour relever les défis climatiques à travers les Sciences Technologies Innovantes (STI) ».
L’ouverture des travaux de ce forum a été marquée par deux (2) interventions : le discours de la représentante du GIZ au Mali, Mme Besma MHAMDI, et celui du président de l’Association Climates-Mali, Amadou Koné. Ce forum vise à mobiliser et outiller les organisations des jeunes, pour faire émerger une jeunesse capable de passer sur les choix de politiques de développement et leur implication des ODD et Agenda 2063.
Pour le président de l’association Climates-Mali, ce forum traduit l’engagement de la jeunesse malienne à œuvrer pour l’atteinte des objectifs des deux agendas, tout en promouvant la science, la technologie et l’innovation. En outre, selon lui, le rôle indispensable de la jeunesse dans la lutte contre le changement climatique et la promotion du développement durable ne saurait être contestable. Mais, il revient à la jeunesse de chercher à être bien outillée surtout en matière de STI pour faire face à ce phénomène a ajouté Amadou Koné. Pour terminer il a émis le voeu de voir à la fin de ce forum que les objectifs fixés largement atteints.
Pour sa part, la représentante du GIZ, se dit confiante que la jeunesse malienne, qui représente environ 60% de la population, venue nombreuse pour prendre part à ce forum, n’acceptera jamais la passivité par rapport aux risques liés aux changements climatiques. Mme Besma MHAMDI a aussi rappelé que dans le cadre de l’initiative internationale de protection du climat, l’Allemagne apporte son soutien au Mali dans cette lutte contre le changement climatique à travers de multiples projets, à l’échelle nationale et locale. Notamment dans l’implémentation des CDN après l’accord de Paris en 2015.
AMTouré

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here